Traams – ‘Cissa’

EP / Fat Cat / 15.07.2014
Indie post punk

A peine un an après la sortie d’un premier album qui l’a poussé parmi les plus intéressantes révélations indie rock du cru, il suffit à Traams de pondre un nouvel Ep pour que ‘Grin‘ prenne désormais des airs de laboratoire d’essai. En effet, alors que celui-ci trahissait encore la jeunesse des Anglais, tout comme la diversité et l’incertitude de leurs influences, ‘Cissa’ semble tenir à lui tout seul les multiples promesses qu’il fallait alors entendre entre les notes. Pour autant, Traams ne joue pas mieux et, par excès d’assurance, n’est pas non plus passé au stade des structures alambiquées. En 2014, le trio gagne simplement en cohérence, canalise son inspiration, et atteint de fait une efficacité qui lui échappait par moments sur son premier long format. Illustration dès le tubesque ‘Giddy’, entame indie post punk dopée à la créatine, qui donne immédiatement le ton en se laissant porter par une mélodie accrocheuse, un rythmique soutenue, et un refrain des plus fédérateurs, au risque de faire passer ce qui vient après pour de la piquette bouchonnée. Bien que plus retenus, préférant un rythmique subtilement soporifique, faussement linéaire car fluctuante, ‘Marbles’ et ‘Selma’ n’ont pourtant pas à rougir et embarquent l’auditeur dans un autre pan de la personnalité du groupe. Moins convaincants en revanche, ‘Carousel’ n’ira pas au delà du statut de face B potable, tout comme ‘Cissa’ qui déroule sept minutes d’un rock psychédélique progressant lentement vers le punk, pour finalement clôturer l’affaire d’un élan hargneux. Cette fois, c’est une certitude: sur la voie d’un deuxième album désormais très attendu, Traams est sur de bons rails.

‘Giddy’, ‘Marbles’, ‘Selma’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire