Toumani Diabate – « The Mandé Variations »

The Mandé Variations[Album]
21/02/2008
(World Circuit/Harmonia Mundi)

La musique malienne est probablement l’une des plus riches et des plus prolifiques du continent africain, gorgée de multiples influences dues à la situation géographique du Mali, à l’interface entre l’Afrique du Nord et l’Afrique Subsaharienne. Preuve en est la longue liste des immenses artistes qui donnèrent ses lettres de noblesse à la culture musicale du pays, à commencer par Salif Keita et Ali Farka Touré. Mais s’ajoutent à ces pères fondateurs des artistes de la nouvelle génération, à l’instar de Rokia Traoré, Bassekou Kouyaté ou encore Toumani Diabaté, co-auteur avec Ali Farka Touré du merveilleux « In The Heart Of The Moon » en 2005, juste avant que ne s’éteigne celui qui fut considéré comme l’un des plus grands guitaristes de blues de tous les temps

D’une certaine façon, Toumani Diabaté se présente ainsi comme le digne successeur d’Ali Farka, à la seule différence qu’il n’a pas entre les mains une guitare mais une kora, instrument ancestral malien à mi-chemin entre la harpe et le luth et composé de vingt-et-une cordes. La kora est en effet intrinsèquement liée à la tradition du griotisme, remontant à la fondation de l’Empire du Mali par l’empereur Soundiata Keita au XIIIe siècle. Né dans une famille de griots depuis soixante-dix générations, et poursuivant la tradition de son père Sidiki Diabaté, grand modernisateur du jeu de la kora, Toumani est aujourd’hui l’un des maîtres de l’instrument les plus respectés. Le musicien hors pair se bat par ailleurs avec ferveur pour le développement de la musique africaine, animé par la volonté de faire connaître dans le monde entier la richesse de cette musique, qui puise sa force dans les siècles qu’elle a traversés. Volonté qui l’a d’ailleurs poussé à collaborer avec de nombreux artistes internationaux ayant eu la bonne idée d’incorporer le son de la kora dans leurs productions, à l’instar de Björk ou Dee Dee Bridgewater

Vingt ans après la sortie de son premier album solo « Kaira », et après de nombreux projets réalisés avec le Symmetric Orchestra de Bamako, Toumani Diabaté revient aujourd’hui avec une autre création solo, « The Mandé Variations », qui érige le jeu de la kora au rang d’une véritable musique classique africaine. Grâce à ses vingt-et-une cordes, l’instrument possède en effet des capacités de métamorphose uniques, pouvant être à la fois guitare, cithare, clavecin, basse… Mélange de reprises de thèmes traditionnels et de morceaux improvisés, à l’instar de l’hommage à son grand ami Ali Farka Touré, « The Mandé Variations » est bel et bien l’oeuvre d’un griot des temps modernes, débordant de spiritualité. Sous les doigts de Toumani Diabaté, la kora prend magiquement vie, exprimant des émotions indicibles avec de subtiles nuances, parfois de façon quasi murmurée (« Elyne Road »). Mais guidé par le maître Toumani, l’instrument dégage aussi de nombreux rythmes et influences, du rock au jazz (« Djourou Kara Nany »), en passant par des influences indiennes (« El Nabiyouna »), peules (« Si Naani ») ou cinématographiques (avec la reprise d’un célèbre thème d’Ennio Morricone sur le titre « Cantelowes »)

« The Mandé Variations » offre ainsi un son rare et méditatif, qui percute les sens en incitant à la rêverie. Par son talent et sa virtuosité extraordinaires, Toumani Diabaté parvient à faire de ce dernier projet solo une fable musicale intemporelle et transcendante, perpétuant le précieux héritage de la musique mandingue tout en s’ancrant dans la modernité. Si bien qu’une seule écoute suffit pour comprendre que « The Mandé Variations » est d’ores et déjà une oeuvre majeure et incontournable de la musique africaine

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire