Tosca – « Dehli 9 »

Dehli 9[Album]
24/02/2003
(K7/Pias)

Pour leur nouvel album sous le nom de Tosca, Richard Dorfmeister et Rupert Hupert s’avèrent encore une fois des plus créatifs. Deux disques composent cet opus, le premier étant le plus attendu, le deuxième restant un bonus des plus surprenants ayant néanmoins son pesant d’intérêt. Ne voyez pas ici, malgré son titre, un quelconque lien artistique avec la capitale indienne, Dehli 9 n’étant que le nom de l’ancien groupe de ces deux artistes bien avant qu’ils ne s’imposent sur les devants de la scène électronique comme c’est le cas aujourd’hui

« Dehli 9 » marque donc un brutal retour vers cette époque, ou spontanéité et liberté étaient les seuls mots d’ordre. Pas question ici d’un album concept comme ce fut le cas auparavant, les deux hommes ayant volontairement décidé de laisser leurs émotions dicter l’orientation musicale de ce nouvel album et ce, grâce à une instrumentation live contrastant avec le travail de sample de leurs précédents longs formats. Cet opus est donc délibérément marqué par des beats uptempos baignant dans des atmosphères downtempo et jouit de nombreuses collaborations vocales comme celles de Anna Clementi (déjà entendu sur « Suzuki » et fortement appréciable ici sur « Oscar », « Me And Yoko Ono » et « Rolf Royce »), Earl Zinger (« Wonderful »), Mc Tweed de Different Drummer Sound System (« Gute Laune »), Sugar B (« Every Day Every Night ») et Graf Hadik (« Rolf Royce »). A l’écoute de ce premier cd, nous sommes frappés par un groove omniprésent qui donne des fourmis dans les jambes tout en privilégiant un son chaud et convivial. Les lignes de basse sont ici des plus efficaces et souvent appuyées par des beats, plus énergiques qu’à l’accoutumée, qui ne pouvaient pas plus les mettre en valeur (« Oscar », « Me And Yoko Ono », « Mango Di Bango », « Every Day And Every Night »). La deuxième partie de ce « Dehli 9 » est composée de douze titres, non prévus à la base mais qui n’ont pu tenir tête à la grande créativité des deux concepteurs. On peut ainsi se laisser aller à l’écoute de ces parties de piano ayant subi un travail de mixage, d’arrangement et de relookage grâce à de nombreux effets contribuant à la grande profondeur de chacune des pistes

Ce nouvel album du duo ne fait donc que confirmer tout le bien que l’on pouvait penser de lui. Désireux de ne pas se répéter, il accouche ici d’un opus qui diffère de ce qu’il a pu produire auparavant et qui pousse même jusqu’à avoir le culot de faire avancer la machine. Un album relaxant évidemment conseillé

Ecoutez un extrait sur le site K7

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire