Torche – « Meanderthal »

Meanderthal[Album]
01/04/2008
(Hydra Head/Import)

Il faut remonter à l’exctinction des feux de Floor pour dessiner la genèse de Torche, groupe que Steve Brooks met alors immédiatement sur pied en louant les services du guitariste Juan Montoya (Floor), du batteur Rick Smith, et du bassiste Jonathan Nunez, avec l’ambition de pousser encore plus loin cette recette qui aura fait de son précédent groupe une sensation de la scène doom/stoner. Une fois leur premier album éponyme bien digéré, certains seront même allés jusqu’à le qualifier de doom pop, en raison de ce penchant mélodique qui démarque le combo des autres représentants du genre. Et c’est dans cette voie que Torche a travaillé pour « Meanderthal », un deuxième album sur lequel le chant de Steve Brooks glisse plus que jamais sur les guitares rouleaux compresseurs de chacun de ces treize titres produits par Kurt Ballou (Converge), expert quand il s’agit de faire parler la puissance du son et doter les six cordes d’un son ravageur. À n’en pas douter, quelques petites bombes comme « Healer », qui forcerait la main à quelques comparaisons faciles, ou « Fat Waves » passant de la mélodie à l’intensité du meilleur post hardcore, garantissent l’équilibre de ce disque. D’autant plus qu’il est d’une diversité rare, alignant aussi, aux côtés d’autres élans faciles (« Across The Shields »), quelques déflagrations plus lourdes et plus morbides (« Grenades », « Sandstorm », « Amnesian », l’imparable « Without a Sound »), plus relevées (« Piranha », « Speed Of The Nail »), ou techniques (« Triumph Of Venus »), toutes aussi essentielles à la consistance du rendu général de cet album extrêmement bien boulonné. Torche, bien qu’il n’illustre pas ici une grande évolution en comparaison avec sa discographie passée, gravit cependant une marche dans son ascension vers les sommets du rock qui tâche. Un bon coup de pied au cul qui fait du bien..

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire