Thunder Express – « Republic Disgrace »

Republic Disgrace[Album]
22/05/2007
(Longfellow Deeds/Differ Ant)

Depuis pas mal de temps maintenant, The Hellacopters portent bien haut l’étendard du rock suédois et scandinave. Totalement incontournable chez lui, le groupe a pourtant toujours peiné à se faire une place digne de son talent au niveau international, la faute s’il doit y en avoir une aux maisons de disques se voyant confier ses albums sans vraiment savoir comment les travailler. Du coup, certains de ses musiciens, dont Robert Dahlqvist (guitariste), ont pu bénéficier d’un peu de temps pour se consacrer à leurs projets parallèles. C’est le cas pour Thunder Express qui, après « We Play For Pleasure », son premier album somme toute modeste sorti en 2005, remet le couvert en multipliant ses ambitions

En effet, plus question de dire que « Republic Disgrace », produit par Mattias Barjed (guitariste de Soundtrack Of Our Lives) et mixé par Bjorn Olsson (un incontournable de la scène alternative suédoise) est le nouvel album solo du guitariste des Hellacopters tant il est le fruit d’un véritable travail de groupe. Ici, Dahlqvist a réuni la crème de la scène rock locale, autant rassemblée sur une base humaine que musicale et donc loin de tout opportunisme calculé. À ses côtés, le guitariste Robert Pehrsson (Death Breath), le bassiste Jens Lagergren (Hello Saferide), et le batteur Jesper Karlsson (Diamond Dogs), et de nombreux invités contribuant à cette impression de all star band suédois (Martin Hederos, Mattias Helberg pour ne pas énumérer totalement cette liste interminable)

Le résultat ne pouvait donc s’apparenter qu’à de la haute volée, renvoyant aux doux souvenirs des Rolling Stones, de Fleetwood Mac et de Cheap Trick réunis. Ponctué d’une grosse dizaine de titres, « Republic Disgrace » sonne d’un naturel déconcertant, comme si cette talentueuse troupe accouchait spontanément d’une enfilade de tubes touchés notamment par la grâce mélodique de Dahlqvist (les excellents « New York Gold » et « Switch »). Et ce, que Thunder Express ne s’en remettent aux démons du rock n’roll (« Republic Disgrace », « Vegas », « From Pleasure To Pain ») comme à ceux de la pop (« Leaving With Ease », « Matrimotion »)

Si Robert Dahlqvist peinait à refléter tout son talent sur « We Play For Pleasure », ce nouvel album de Thunder Express remet les pendules à l’heure et s’échappe de l’ombre sûrement quelque peu pesante des Hellacopters. Aussi passionnant que complet, « Republic Disgrace », nouvelle sortie méritée pour l’oeuvre du label Longfellow Deeds, se présente à vous comme un incontournable. Seule chose qui, finalement, s’avérait prévisible..

Ecoutez un extrait ici et

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire