The Unfinished Sympathy – « We Push You Pull »

We Push You Pull[Album]
01/01/2006
(Subterfuge/Import)

Plus encore que Half Foot Outside, le label catalan BCore pourrait bien être amené à se mordre les doigts d’avoir laissé partir The Unfinished Sympathy, un des plus solides représentants de la frange mélodique de son catalogue. Pourtant les signes d’avoir affaire ici à un groupe de qualité auront été assez forts par le passé pour que les choses évoluent autrement. N’est-ce pas le regretté John Peel qui, par deux fois, avait ouvert les portes de ses sessions aux Espagnols? Chose assez rare pour qui connaît un peu le principe de cette émission, très sélective quand il s’agit d’accueillir des formations internationales

« We Push You Pull », paru en 2006, pourrait bien enfoncer le clou, en sonnant comme la référence la plus aboutie et la plus complète du combo. Il faut dire que tout y est, et qu’il vient confirmer haut la main le début d’évolution qui ornait « Rock For Food« . Entendez par là ce mélange de rock indépendant anglo saxon, et de rythmiques tournées vers la danse, sans pour autant sonner comme un vulgaire groupe opportuniste désireux de marcher sur les plates-bandes d’artistes confirmés, aux fans se comptant par centaine de milliers. The Unfinished Sympathy sait donc clairement qui il est, ne l’oublie pas, et continue son petit bonhomme de chemin, espérant simplement trouver un public de plus en plus large, et sensible à son répertoire

Mission artistique accomplie. Car rare sont finalement les groupes à oser jeter dans une même marmite des influences allant de l’indie rock au post hardcore, en passant par…la funk et le RnB (« First Girl I Kissed Is Dead »). On vous l’accorde, ce dernier n’est pas celui qui saute le plus aux tympans, contrairement à ces allers-retours de guitares funkies, impeccablement intégrées à des mélodies pop (« Sharpshooter », « I’m a Lone Wolf, Babe », « School Emulator »). Et quelques refrains reluisants (« Catenaggio », « Hotel Espana »), ainsi qu’une poignée de tubes comme peuvent l’être « Gratitude » ou « Teletransport Please » ne font que confirmer que The Unfinished Sympathy a brillamment su se démarquer de la meute émo espagnole, et ainsi afficher ses ambitions sans forcément retourner sa veste. Que la montée en puissance se poursuive..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire