The Transplants – « s/t 24 »

s/t[Album]
22/10/2002
(Hellcat/Pias)

Si l’on adore Rancid et donc Tim Armstrong mais sommes plus mitigés sur Blink 182 et Box Car Racer et donc Travis Baker, il faut bien avouer que le line-up de ce nouveau groupe est plutôt allèchant. Accompagnés tous deux par un Rob Aston qui signe là sa première expérience discographique, Tim et Travis (le premier étant à l’initiative du projet) accouchent là d’un album de qualité qui se permet juste d’ouvrir une nouvelle fenêtre du rock

Véritable réunion d’influences diverses, ce premier album éponyme est un point de ralliement pour guitares punk, rythmes divers, et chants enragés ou parfois plus timorés. C’est ainsi que commence ce long format avec « Roller Stomper » et sa rythmique quasi drum & bass récurente dont la diversité n’est amenée que par un travail de guitare simple mais efficace. La recette est la même sur « Tall Cans In The Air » à l’ambiance festive et intéressante grâce à un chant punk mais bourré d’accents hip hop voir même ragga. C’est ensuite sur « Dj Dj » que la section rythmique décide d’être plus rock et que Tim participe aux parties vocales donnant un contraste intéressant notamment sur son refrain accrocheur. Plus tard, « Quick Death », bande sonore idéale pour jeux vidéos, et « Weigh On My Mind » continuent dans cette voie pour parvenir à un pur morceau punk (« One Seventeen »). La diversité musicale de The Transplants reprend du poil de la bête avec « California Babylon » et « D.R.E.A.M. » aux accents hip hop faisant penser à une version naive des Beastie Boys. La prestation du groupe se termine dans une ambiance pop avec « Down In Oakland » en guise d’au revoir..

Si le manque d’un véritable bassiste peut parfois se faire sentir, il faut avouer que l’approche artistique de ce projet est plus que convaincante. Cependant, une écoute ininterrompue de cet album peut sembler difficile tant le chant apporte une certaine monotonie sur laquelle il faut pouvoir passer pour dissèquer chaque composition et y capter sa subtilité. L’intérêt principal de cet album est tout simplement son originalité qui séduira plutôt les fans de Rancid que de Blink 182. Autrement dit, pour un public mature bien loin des tendances et des modes de masse..

Ecoutez un extrait sur le site Epitaph

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire