The Sound Of Animals Fighting – « The Ocean And The Sun »

The Ocean And The Sun[Album]
08/09/2008
(Epitaph/Pias)

Caché derrière ses masques d’animaux et l’anonymat volontaire de chacun de ses musiciens (« pour que l’auditeur ne se focalise sur rien d’autre que la musique »), le mystérieux combo The Sound Of Animals Fighting fait son retour chez Epitaph à l’occasion de « The Ocean And The Sun », son troisième album. Le groupe nous ayant jusque-là habitué à des disques déroutants car très variés, voire incohérents, ce n’est pas sans quelques précautions et préjugés que nous nous sommes lancés dans cette nouvelle expérience musicale

Une fois passée l’intro sans intérêt particulier (comme trois autres interludes ponctuant ce tracklisting), le titre éponyme nous embarque tout en douceur dans un post rock electro lancinant sur lequel glisse une voix féminine du plus bel effet: une première approche convaincante qui ne doit pas nous faire oublier d’avancer prudemment, pas à pas. Deuxième et troisième actes, la claque: le versatile « Another Leather Lung » et surtout « I, The Swan » dévoilent un rock qui, exceptée la voix, tire toutes les ficelles bien attachées par Fugazi dans le passé. Impossible que ces musiciens n’aient pas un jour partagé leur basse-cour avec la bande de Ian McKaye en arborant une section basse/batterie si groovie et une telle science guitaristique

À ce propos, Mars Volta n’est certainement pas très loin non plus. Les rapprochements seront d’ailleurs assez récurrents tout au long de ce disque, via quelques ressemblances vocales haut perchées, une technique flirtant parfois dangereusement avec la démonstration, et une constante imprévisibilité (« Cellophane », « The Heraldic Beak Of The Manufacturer’s Medallion ») rendant encore une fois difficile la lecture intégrale de ce disque. À moins de partager avec le groupe cette schizophrénie qui lui permet de passer avec tant de facilité de passages calmes à de véritables déflagrations électriques

De tels risques, même réfléchis, ne vont évidemment pas sans quelques loupés, le titre revenant indéniablement à l’inécoutable « Uzbekistan », et dans une moindre mesure à toute la dernière ligne droite de ce « The Ocean And The Sun » qui ne pouvait porter meilleur titre en noyant (ou cramant) à ce point l’auditeur sur la longueur. Dommage, car le final « On The Occasion Of Wet Snow » aurait mérité de figurer en début d’album tant les courageux seront peu nombreux à l’avoir atteint. Un disque finalement plus respectable que respecté

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire