The Souljazz Orchestra – « Rising Sun »

soul180Album
(Strut)
15/02/2010
Afrobeat

Depuis sa création en 2002, The Souljazz Orchestra ne nous a jamais déçus. Après avoir sorti ses deux premiers albums, prolongeant et renouvelant avec brio l’afrobeat kutien, sur le label torontois Do Right!, le combo revient aujourd’hui avec un troisième « Rising Sun », cette fois signé sur Strut Records. Quoi de plus naturel lorsque qu’on sait que ces musiciens originaires d’Ottawa partagent avec l’excellent label londonien une passion invétérée pour les rythmes afro venus tout droit des sixties et des seventies. « Rising Sun » se présente ainsi comme une savante restitution de ce riche héritage, couplée à l’inventivité et au talent du jeune orchestre. L’album s’ouvre sur un splendide « Awakening » porté par un piano et des cuivres étonnants de douceur, plantant un décor patiné et chaleureux, presque romantique, parfait pour mettre en condition avant d’attaquer le frénétique « Agbara », ode à la danse et à l’afrobeat comme The Souljazz Orchestra sait si bien le faire. Mais quand « Freedom No Go Die » et « Manifesto » surfaient essentiellement sur ce genre de titres sur-vitaminés, la vraie richesse de ce troisième album réside dans une alternance parfaitement dosée entre un funk nigérian puissant (« Negus Negast » et son clin d’œil à la musique éthiopienne de Mulatu Astatke, « Mamaya »), et un afro-jazz plus langoureux dans lequel cuivres et percussions s’autorisent un brin de détente et de nonchalance (le soulful « Lotus Flower », « Serenity »).  Le sextet manie tellement bien ce subtil glissement d’un genre à l’autre qu’il parvient même à créer des ambiances hautement cinématographiques, dans lesquelles on s’abandonne volontiers, comme dans le sublime « Consecration » aux accents improvisés, ou dans les deux parties finales de la reprise de « Rejoice » de Pharoah Sanders, qui offrent une très belle relecture de l’œuvre emblématique du maître de l’ethno-jazz. « Rising Sun » marque donc une étape supplémentaire dans la carrière déjà brillante des canadiens. Lorgnant davantage vers le jazz, ce nouvel opus étonne par sa variété, son harmonie et son assimilation impeccable des influences africaines qui s’y nichent, dégageant une maturité exemplaire. Si bien que nous nous joignons volontiers à Gilles Peterson pour affirmer que « Rising Sun » constitue sûrement le meilleur album du groupe à ce jour. Un bilan qui n’est évidemment que provisoire, tant il ne fait pas l’ombre d’un doute que The Souljazz Orchestra a encore de merveilleuses surprises sonores à nous offrir.

En écoute

Disponible sur
itunes16

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire