The Soft Hills – « The Bird Is Coming Down To Earth »

soft180Album
(Tapete)
19/03/2012
Folk

L’artwork ne laisse aucun doute, The Soft Hills aime l’aventure, vagabonder dans la fantaisie du monde réel, et s’évader dans des endroits où la nature s’exprime. En quête de liberté, cette équipe épique aux allures médiévales dessine et redéfinie l’étourdissement des paysages. On s’y promène en toute confiance.

Pour révéler ce sentiment de liberté, le chant de Brittan Drake emprunte ici à Robin Pecknold (Fleet Foxes) son intrigante énergie. Comme leurs homologues de Seattle, The Soft Hills travaillent et redéfinissent le mythe, dans tout ce qu’il a de plus mystique. Et tah dah: voilà que leur folk élevée au bord des montagnes se retrouve comme par magie sans appartenance stable. On traverse ainsi un décor assez fou où des phoenix surplombent le jardin d’Eden dans un ciel éclairé par une lune violette. Bref, un monde parfait où sonorités boisées et harmonies généreuses se côtoient et s’embrassent de façon candide.

Attention toutefois à ne pas trop s’engouffrer dans la voie des rêves formatés. Le mythe c’est bien, mais sans miracle quel est l’intérêt? Viscéraux et baroudeurs, comme s’ils cherchaient à s’évader du monde factice dans lequel ils se trouvent, The Soft Hills doivent s’efforcer à ne pas trop en faire, à ne pas oublier la mélodie. « Return To Eden » et « Midnight Owls », les deux morceaux phares de l’album, sont justement ceux qui laissent libre cours à l’épure.

Pour résumer, car il faut bien conclure, « The Bird Is Coming Down To Earth » est une joie pour ceux qui n’en ont pas assez, un élan de mélancolie pour ceux qui en ont trop. De quoi se préparer sereinement avant l’arriver de l’été? Sans chercher à éluder la question, The Soft Hills en portent les promesses. Et rappellent, si cela était nécessaire, que de la musique au conte il n’y a parfois qu’un pas.

En écoute

itunes48

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire