The Modernist – « Kangmei »

Kangmei[Album]
01/06/2003
(EFA/La Baleine)

Troisième album qui n’était plus attendu, The Modernist (laissant la scène depuis ’99 avec son « Explosion », de la dynamite pour technotuffers) revient en grande forme et se surpasse, tout en finesse. « Kangmei », aux allures de méthodologie méditative (signifie vaguement se garder à distance) est une idée incroyable : un album qui se met en tête d’éviter ce côté bea, pétant et vaguement stupide de la techno actuelle (et même du clubbing), genres souffrant d’un manque de justesse de pensée, d’idées novatrices

Ici et c’est une première, les beats puisent dans un héritage new wave très prononcé, témoins les premières mesures du « Kangmei Theme 1 ». Etonnament, l’écho de New Order ou des Smiths résonne de temps à autres, sans guitare, simplement dans l’esprit. Parfois même avec un tantinet de vocaux (rappelant ceux d’Autobianchi) se glissant entres les slices. En parallèle, Burger tient et soutient, d’un rythme jamais branlant, une techno pop gueillarde, charmante.. comme qui dirait gentille. Pas de doute, « Kangmei » c’est du bonheur pour tout le monde, que ce soit les étudiants mondains, les clubbers extrêmes, ou les rockeurs affranchis. Un champs large et malgré tout spontané, cérébral, complexe, hypnotique mais tellement abordable

Jörg Burger, qui multiplie les labels depuis ses débuts, ses projets (Burger/Ink) et ses productions (Johny Cash en tête), prête à dérision de lui-même, de son américanisation correcte et du pseudo bonheur. « Kangmei », un appel à une irresponsable envie d’opposition, pour que ça ait l’air un peu moins facile, que ça respire plus de bon vouloir et de fraîcheur. Burger s’échappe des Amériques avec un nouvel album qui vibre encore sous le dancefloor: parfait pour l’Europe, parfait pour l’été

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire