The Messthetics – ‘The Messthetics’

The Messthetics – ‘The Messthetics’

Album / Dischord / 23.03.2018
Rock instrumental


Il faut se frotter les yeux à deux fois pour réaliser que Joe Lally et Brendan Canty se retrouvent de nouveau ensemble derrière leurs instruments. La moitié des légendaires Fugazi, ici accompagnée du guitariste de jazz expérimental Anthony Pirog, reconvoque son inimitable alchimie au sein de The Messthetics, un projet rock instrumental où technicité et abstraction se donnent le change au travers un premier album éponyme.

Le trio plonge dans des espaces multiples, préférant laisser libre court à ses intuitions musicales. Lally et Canty n’ont rien perdu de leur complicité, encore moins de leur virtuosité. Ils rallument la mèche fugazienne en installant des parties rythmiques aussi solides qu’hypnotiques, tout en laissant à Anthony Pirog le soin d’élargir le spectre des possibles. Le guitariste, déjà remarqué pour son travail au sein de Skysaw avec Jimmy Chamberlain (Smashing Pumpkins), varie ses intentions entre expérimentations sonores, harmonies solides et soli aussi prolifiques qu’endiablés.

En résultent neuf titres charpentés d’un rock ouvert comme l’horizon, offrant au passage des instants jubilatoires. La force des compositions est imparable, et le groupe y varie ses intentions autant que son vocabulaire, torpille au bon endroit (Mythomania, Serpent Tongue, Quantum Path, Crowds And Power) autant qu’il élève ses silences avec finesse (Your Own World, Radiation Fog, ou le somptueux The Inner Ocean rappelant au passage le meilleur de Karaté).

The Messthetics offre un premier disque à découvrir sans appréhension de genre, car même si certains couloirs empruntés par Pirog rappellent les guitars heroes des années 80, rien n’est fabriqué pour le déballage démonstratif. Le trio possède suffisamment de maîtrise et d’expérience pour établir un édifice aussi solide que consistant. Retrouver la partie rythmique de Fugazi, toujours aussi inspirée, est un bonheur qui ferait presque espérer revoir Guy Picciotto et Ian Mackaye avoir des fourmis dans les jambes. On peut toujours rêver en se consolant avec ce premier album qui transpire l’esprit Washington D.C.

ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Mythomania , Crowds And Power, The Inner Ocean


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.