The Men – ‘Tomorrow’s Hits’

Album / Sacred Bones / 03.03.2014
Rock à papa

C’est maintenant officiel, on ne comprend plus The Men. Depuis qu’il s’est fait découvrir en 2011 avec ‘Leave Home’, magnifique concentré de Stooges, de Jesus Lizard et de plein d’autres trucs qui crient, le groupe de Brooklyn n’a cessé de multiplier les fausses pistes, de marcher en crabe, pour se réveiller trois albums plus tard dans la peau du rockeur à papa, celui qui te berce des mille et une histoires de l’Amérique, tendrement emmitouflée dans son folklore et sa tradition.

Car pour les huit morceaux qui composent ‘Tomorrow’s Hits’, le combo s’est donné les moyens de ses ambitions, enregistrant pour la première fois dans un studio de premier choix afin de donner vie à cet excès de nostalgie. Mais rassurez vous, The Men n’est pas devenu du jour au lendemain la première partie potentielle de Bruce Springsteen. Non, il a mué en un groupe persuadé de pouvoir se glisser entre des références classiques, faisant autorité sur plus d’un demi siècle de rock’n’roll américain. Ici, le folklore est savamment entretenu par un solo d’harmonica sur ‘Sleepless’, grâce à quelques cuivres sur l’introductif ‘Dark Waltz’, sans oublier un piano omniprésent qui convoque sans cesse Neil Young et Lynyrd Skynyrd. On pense à la Louisiane, au bayou, et à une demi douzaines d’autres d’images fantasmées qui berceraient ses morceaux.

Depuis New York, The Men avance dans un contre courant total, remonte de plus en plus à la source pour avancer, et écarte à coup de grandes brassées les modes qui naissent et meurent autour de lui. Mine de rien, il est peut être la leur esprit punk, dans ce vivier à fantasmes que The Men fait revenir par bouffées. Si leur machine à remonter le temps suit sa logique, le prochain album devrait parler blues et rockabilly. En attendant, le groupe nous livre une nouvelle fois de quoi soupirer de tristesse nostalgique.


‘Dark Waltz’, ‘Another Night’, ‘Sleepless’, ‘Pearly Gates’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire