The Lumineers – « The Lumineers »

lumi180Album
(Dualtone)
24/08/2012
Indie folk americana

Les tendances musicales se suivent, mais ne se ressemblent pas forcément. Parfois, seulement quelques détails comptent. Il y a quatre ans par exemple, c’est le folk mignon, triste et mélancolique qui faisait recette, voyant de nombreux ambassadeurs – opportunistes pour certains – apparaître pour vite retourner dans un certain anonymat. En 2012, dans les pas de succès retentissants comme celui qui frappe actuellement Mumford & Sons, l’acoustique revient sous les feux des projecteurs, mais habité cette fois d’une véritable bonne humeur, et d’une envie de faire passer un agréable moment au public. En somme, la musique divertissante à son summum. Dans le même genre, The Lumineers sont incontestés. Auteur d’un premier album paru l’été dernier de l’autre côté de l’Atlantique, le groupe n’a cessé de voir sa côté monter en flèche. Une destinée finalement peu surprenante à l’entendre déballer son folk guilleret (« Flowers In Your Hair », « Stubborn Love »), sensible (« Dead Sea », « Slow It Down »), parfois orné d’arrangements typiques de cette musique traditionnelle nord américaine que l’on clogge (« Classy Girls »). Mais surtout, et c’est là qu’ils frappent fort, The Lumineers le ponctuent de vrais tubes, inoffensifs mais pour longtemps dans les têtes, seulement protégés des affres de la musique mainstream par la chaleur des compositions et l’humilité de la production humble. On parle bien sûr de « Ho Hey », assez évident pour qu’il figure parmi les titres les plus marquants de l’année 2012. Celui avec lequel la France, toujours un peu longue à la détente, tentera d’en faire de même en 2013 puisque The Lumineers débarqueront officiellement chez nous en février, via une célèbre major qui nous en fera bouffer à toutes les sauces – des pubs pour yahourts aux illustrations sonores des émissions people – jusqu’à ce qu’on finisse par les détester pour de bon. Donc profitons-en pendant qu’il est encore temps.

itunes9

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire