The Hotelier – ‘Home, Like No Place Is There’

Album / Tiny Engines / 25.02.2014
Émo rock

Si vous voulez tout savoir, The Hotelier n’est autre que la nouvelle identité de The Hotel Year, groupe du Massachusetts auteur en 2011 d’un premier album intitulé ‘It Never Goes Out’, quelque peu passé inaperçu. Et pour cause, il y a encore trois ans, peu pariaient sur un retour de l’émo de la première heure, celui cher à Texas Is The Reason ou au Jimmy Eat World des débuts. Pas impossible donc que, dans un tout autre contexte, 2014 soit la bonne année pour le quartet. La tenue de ce ‘Home, Like No Place Is There’ devrait considérablement l’aider tant ces neuf titres unissent avec beaucoup de cohérence toutes les ficelles qui ont toujours fait l’efficacité de l’émo, le vrai, celui ayant précédé l’autre, nettement plus fade et gueulard. Sans jamais sombrer dans une soupe adolescente mielleuse, humeurs variables, changements de rythme, harmonies lumineuses, et mélodies imparables sont ici parfaitement maîtrisées. Toutes réunies, elles ancrent l’album dans la lignée de dignes héritiers d’ainés qui avaient pourtant déjà tout dépoussiéré avant eux. Avec une réelle facilité et un opportunisme discret, tout en conservant une marge de progression prometteuse, The Hotelier démontre alors sa capacité à faire évoluer ses morceaux en les laissant peu à peu gagner en intensité (la bien nommée entame ‘An Introduction To The Album’), ou à user de multiples rebondissements (les excellents ‘The Scope Of All Of This Rebuilding’ et ‘Your Deep Rest’). Si ‘Home Like No Place Is There’ paye un peu le prix de sa belle diversité quand il tombe dans les extrêmes (le punk mélodique de ‘In Framing’, le trop mou ‘Among The Wildflowers’, ou le braillard ‘Life In Drag’), il laisse surtout à l’oreille l’espoir de voir redébouler un émo digne de ce nom qui, certes n’invente rien, mais a tout compris des références qui l’ont précédé.

‘The Scope Of All Of This Rebuilding’, ‘Your Deep Rest’, ‘Dendron’

À lire ou écouter également:

, , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire