The Flaming Lips – ‘Oczy Mlody’

The Flaming Lips – ‘Oczy Mlody’

Album / Bella Union / 13.01.2017
Pop psychédélique

‘Oczy Mlody’ – traduisez ‘les yeux de la jeunesse‘ en polonais – ainsi se nomme le dix-septième et nouvel album des Flaming Lips. Le groupe américain originaire de l’Oklahoma met ici un net coup d’arrêt à ses expérimentations bruitistes entendues sur les précédents ‘Embryonic’ (2009) et ‘The Terror’ (2013) afin de renouer avec un réel songwriting, mais sans pourtant quitter la bulle psychédélique dans laquelle il s’est toujours retrouvé. Une fois de plus produit aux cotés de Dave Fridman, ce nouvel opus voit la formation continuer de s’épanouir en studio et affiche une douceur pop retrouvée, rappelant parfois les meilleures sonorités de l’acclamé ‘The Soft Bulletin’ (1999).

Fan des ‘Beatles’ depuis toujours, on connaît le penchant du groupe et son amour inconditionnel pour l’expérimentation en studio. Le son est ici extrêmement moderne et rond, avec très peu de guitares notables. Les beats souvent lents (presque hip-hop) sont servis quasi intégralement par des boites à rythmes, le batteur du groupe ayant été poussé vers la sortie. Plus on avance dans le disque et plus on se sent comme immergé dans un univers très enfantin mais aussi par moments légèrement angoissant. Wayne Coyne parle ici d’amitié, d’amour, de contes de fées et de déceptions, avec toute la délicatesse et la naïveté qu’on lui connaît. Tristesses et joies se mêlent à merveille dans une expérience auditive qui s’avère à la fois mélancolique et enivrante.

Décrit comme la rencontre entre Syd Barrett et A$AP Rocky, ce ‘Oczy Mlody’ n’en est pas moins inspiré par la récente collaboration entre la bande de Wayne Coyne et la chanteuse ‘post Disney Family’ Miley Cyrus. Notons d’ailleurs que cette même collaboration, ainsi que l’énorme exposition médiatique qui suivit, aurait pu nettement profiter aux Flaming Lips, qui finalement firent le choix, et c’est tout à leur honneur, de ne pas succomber aux chants des sirènes mainstream.

Les américains poursuivent donc innocemment leur route – tout de même trente-quatre ans de carrière et quasi autant d’albums et EP à leur actif – et continuent d’écrire l’histoire du psychédélisme en s’amusant des codes. A l’image d’un groupe comme Radiohead, les Flaming Lips ne recherchent pas tant la perfection mais plutôt une certaine idée de la justesse dans l’émotion. Avec ‘Oczy Mlody’, ils réussissent le pari de sonner faussement inaccessibles et concrètement attachants. Ce dix-septième album est un disque homogène à l’ambiance onirique et, à défaut d’être totalement dévastateur, on peut au moins lui concéder qu’il possède un charme indéniablement enchanteur.

‘Oczy Mlody’, ‘There Should Be Unicorns’, ‘The Castle’, ‘Almost Home (Blisko Domu)’


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.