The Evens – « The Odds »

evens180Album
(Dischord)
20/11/2012
Indie

A la ville comme à la scène, Amy Farina et Ian Mackaye ont cette complicité qui – dès qu’ils prennent les instruments – se transforme en une complémentarité nous entrainant avec aisance dans un univers acoustique brut, fluide et minimal, porté par des voix toutes au service de mélodies accrocheuses et entêtantes. Avec deux disques sous le bras – « The Evens » en 2005 et « Get Evens » en 2006 –  les deux protagonistes ont déjà fortement marqué au fer rouge le paysage musical indépendant, et sublimé leur musique partout dans le monde. Six ans sont passés et revoilà enfin le duo avec « The Odds », nouvel album qui creuse les sillons déjà tracés par le passé. Ian Mackaye à la guitare bariton, Amy Farina à la batterie, deux chants et l’univers singulier de The Evens reprend avec naturel et simplicité la place qu’il avait mise en suspend.

Pas de fioritures, pas d’effets alambiqués ou de rythmiques tordues, « The Odds » est un disque énergique et contrasté, emprunt d’urgence. Une recette que l’on ressent immédiatement dès « King Of Kings » où les chants se font à la fois doux, rudes et engagés au service de mélodies imparables. Bien que la sonorité globale du disque soit acoustique, Ian Mackaye attaque sa guitare comme aux grandes heures de Fugazi, tandis qu’Amy Farina assoit des rythmiques sèches et bien senties. Les très réussis « Wanted Criminals », « Warble Factor » ou « Sooner Or Later » sont autant de preuves d’un engagement corps et âmes entiers. Le duo nous surprend aussi avec des titres apaisés: « I Do Myself » où la complémentarité des chants offre un voyage magnifique, ou encore « Timothy Wright ». Pour continuer de nous étonner, l’instrumental « Wonder Why » est un coup de frais indéniable qui ranime les célèbres gimmicks et dynamiques du mythique groupe de Washington D.C., tout comme « Competing With The Till » et ses intrusions de piano et de cuivres.

De bout en bout, « The Odds » se révèle donc être une vraie réussite musicale: les implacables lignes de chants s’encrent immédiatement dans les têtes, nous portent avec une facilité déconcertante, les rythmiques sont justes et bien senties, autant que le jeu charismatique aux relents très marqués Fugazi de Ian Mackaye. Une marque de fabrique qui n’en finira décidément jamais de nous réjouir et de nous chahuter les sens. Armé de titres urgents, habités, bien sentis et finement interprétés, The Evens est de retour et assoit pour de bon avec ce nouvel opus un savoir faire inimitable et singulier.

itunes20

En écoute

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire