The Eternals – « Astropioneers »

Astropioneers[Album]
01/04/2003
(Diamond Traxx/Capitol)

Après que les Troublemakers aient donné une image des plus crédibles au sud de la France en matière de musique électronique, les trois djs composant The Eternals viennent confirmer le potentiel de ce vivier. Dirty Ali, Funky Farid et Monsieur Club accouchent donc d’un premier album composé sous le concept d’une bande originale de film rétro futuriste

Si John Carpenter est cité parmi les principales influences de ce disque, les ambiances restent variées oscillant entre house dancefloor, electro techno, et atmosphères plus sombres sur lesquelles les trois producteurs mettent en avant leur talent d’harmonistes (« Andromeda Gate », « Walk For Me », « Birthday In The Stars ») et d’arrangeurs (« Rebel’s Revenge », « Running Nowhere »). Ainsi, le contraste est grand entre les rythmes endiablés et aux réminiscences eighties de « Astropioneers » ou « Diary Report » et les expérimentations sonores de « Time Bomb ». Pour encore plus d’intérêts, « Astropioneers » bénéficie de la participation de Benjamin Diamond (à la tête du label Diamond Traxx) sur le titre final « Strange World »

Si une écoute d’une traite est conseillée pour saisir pleinement le déroulement de l’histoire, seulement les adeptes du genre y parviendront sans mal. Les autres pourront s’oxygéner régulièrement lors des intermèdes expérimentaux. « Astropioneers » illustre la grande productivité et créativité française en matière d’electro mais ne parvient pas à mettre tout le monde à genoux. Son destin est entre vos mains…

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire