The Donnas – « Bitchin »

Bitchin[Album]
01/10/2007
(Cooking Vynil/Pias)

Oubliées les Runaways et Girlschool, The Donnas sont parées pour devenir un des groupes féminins les plus marquants de l’histoire du rock n’roll. Et pour cause, depuis quatorze ans qu’elles avancent ensemble (elles n’avaient que treize piges au moment de leurs premiers titres), droites dans leurs bottes, ces quatre californiennes ont mûri leur répertoire. D’abord dignes descendantes des Ramones, puis adeptes d’un heavy punk rock qui aura résonné sur tous les continents et sur six albums, elles adoptent avec « Bitchin » un nouveau tournant dans leur carrière déjà conséquente. Mais que les éternels admirateurs de ces jeunes demoiselles se rassurent, elles n’en ont rien perdu de leur hargne et de leur efficacité. Comme le laisse présager la pochette de ce nouvel album, The Donnas lorgnent cette fois clairement du côté du hard rock, du glam rock, deux influences qui sont souvent apparues par le passé mais qui n’avaient jamais été aussi flagrantes

Totalement décomplexées, sûres d’elle et sachant exactement ou elles vont, The Donnas balancent la sauce sans se soucier du qu’en dira t-on, avec comme seul impératif de sonner rock n’roll: un minimum quand on crie haut et fort son admiration pour des combos de la trempe de Motley Crue, Aerosmith, Cinderella, et Def Leppard. Qu’on se le dise, « Bitchin » est incontestablement un grand disque de hard rock, bourrés de tubes capables d’enflammer les stades remplis de milliers de poilu(e)s bien abreuvé(e)s, tous acquis à leur cause (« Don’t Wait Up For Me », « Save Me », « Here For The Party », « Tonight’s Alright »). Et les renvois du passé comme « Girl Talk » ou « Better Off Dancing » n’y pourront rien, les refrains implacables (« Wasted », « What Do I Have To Do? »), les rythmes incitant aux claquements de mains (« Like An Animal », « Love You Till It Hurts », « Smoke You Out »), et les riffs de la belle Allison Robertson (« Give Me What I Want » renvoyant quelques mâles du rock n’roll sur les bancs de l’école de musique) se montrant plus forts que tout

The Donnas sont donc bien décidées à ne plus rendre de compte. À plus forte raison qu’elles viennent de se détacher d’un deal en major pour créer leur propre label, Purple Feather. Avec un destin bien en main, un nouvel album voué à un plus large public, et pas encore trente ans à leur compteur respectif, ces quatre fantastiques n’ont pas fini de faire parler d’elle et de faire régner le girl power sur le monde du rock n’roll. The Donnas en ont, et il faut maintenant que ça se sache..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire