The Dead Science – « Villainaire »

Villainaire[Album]
25/08/2008
(Constellation/Differ Ant)

Nouveau venu au sein du label canadien Constellation (Vic Chesnutt, Thee Silver Mt Zion, Godspeed You Black Emperor…), The Dead Science a fait ses premiers pas sous le nom The Sweet Science, identité qu’il a du abandonner puisqu’elle était déjà propriété d’un autre groupe. Jusque là, le trio n’avait sorti qu’une démo sur CDR, rien qui vienne véritablement semer la pagaille dans son début de carrière, passé aussi aux services de Xiu Xiu, sur scène comme en studio. The Dead Science aligne ensuite quelques sorties obscures chez Absolutely Kosher, petite structure de Berkeley, un Ep chez l’aussi méconnu The Slender Means Society, avant de rejoindre l’incontournable Constellation, pour un véritable second départ, un premier saut dans le grand bain. De là, le décor est planté, proche de celui des suscités mais aussi de Blonde Redhead, Deerhoof, Shudder To Think, ou même parfois de Sonic Youth. Pourtant, les étiquettes continuent de pleuvoir. En effet, à l’écoute de ce « Villainaire », on entend parler de jazz rock, d’avant pop, de post punk, de pop orchestrale, autant de termes tordus qui reflètent à la fois la difficulté de cerner sa musique et l’originalité du groupe de Seattle qui ne manque pas de mettre en avant ses principaux atouts, notamment ses richesse rythmique et instrumentale (« Monster Island Czars »), comme cette voix particulière, à la fois sombre, habitée, et dôtée d’un vibrato naturel (flagrant sur le calme « Lamentable »). Autant d’armes qui se font entendre dés l’ouverture « Throne Of Blood » dévoilant par la même occasion la couleur générale de la première moitié de ce disque, et plus particulièrement quelques arrangements de cordes récurrents par la suite. Mais, le panel de The Dead Science ne s’arrête pas là: quelques cuivres résonnent aussi en fond de « The Dancing Destroyer », tandis que l’ultime poignée de titres, à l’exception peut être du « Sword Cane » plus énergique, se révèle plus introspective sans pour autant perdre en intensité. Nouvelle signature Constellation surprenante mais cohérente, The Dead Science éclabousse l’indie rock d’une personnalité flagrante. On aime ou on déteste, mais sans jamais priver le groupe de son immense mérite

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire