The Coup – « Sorry To Bother You »

coup180Album
(Anti)
26/10/2012
Soupe hip hop

The Coup est du genre à prendre son temps. Un album tous les cinq ou six ans, c’est un peu le rythme de croisière qu’a toujours adopté le bouillant et politisé Boots Riley, fils de l’avocat des Black Panthers, et leader du groupe considéré par certains médias comme un des artistes les plus influents des Etats Unis. Un rôle qui n’a pas toujours été facile à porter, surtout quand le destin s’en est mêlé. Rappelez vous la sortie en 2001 de « Party Music » qui, quelques jours seulement avant les attentats du 11 septembre, arborait une pochette représentant une explosion au sommet de chacune des tours du World Trade Center. Depuis, The Coup a sorti « Pick a Bigger Weapon » en 2006, Riley s’est illustré aux côtés des Galactics, de Street Sweeper Social Club avec Tom Morello, puis s’est enfin penché sur « Sorry To Bother You »: un nouvel album qui marque l’attachement du groupe à toujours se renouveler.

Comme toujours fort en gueule, The Coup – aidé par les interventions de Vernon Reid, de Das Racist, du très en vue Killer Mike comme des punks d’Anti Flag et de Japanther – s’est ici lancé dans le difficile pari de réussir l’improbable mariage entre futurisme, sonorités old school, agressivité, et ambiance festive. Tout un programme qui, dès le départ, ne pouvait promettre beaucoup de constance. Et cela se vérifie malheureusement tout au long de ces treize titres ou quelques bons morceaux (« Your Parent’s Cocaine » aux faux airs de générique TV, « WAVIP ») en côtoient d’autres nettement plus dispensables (« Strange Arithmetic », « This Year », les mièvres « Violet et « We’ve Got a Lot to Teach You… »), ou l’originalité mène tout droit à l’overdose et à l’envie que la plaisanterie soit écourtée (« You Are Not a Riot »). Dès lors, The Coup tente de se raccrocher à la moindre branche – une vibe funk bouclée à l’infini (« The Gods Of Science »), un riff de guitare lambda (« My Murder, My Love ») – pour ralentir sa chute. Mais parce qu’il a déjà utilisé ses bouées de sauvetage (les singles « Land of 7 Billion Dances », « The Guillotine »), il n’y coupera malheureusement pas.

itunes38

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire