The Black Zombie Procession – « Mess With The Best… »

Mess With The Best...[Album]
15/09/2008
(Kicking Records/Anticraft)

Alerte rouge, protégez vous! Après s’être replongés quelques mois dans les profondeurs de leurs abîmes suite au dangereux « We Have Dirt Under Our Nails From Digging This Hole We’re In » (2006), les Black Zombie Procession remontent à la surface plus rageurs que jamais, et fermement décidés à éradiquer définitivement la moindre oreille résistant encore à son rock teigneux, capable de traverser les âges sans jamais prendre de rides. C’est donc en proie à une faim dévastatrice que les quatre signent un retour plus effrayant encore que lors de leur première sortie, certes convaincante mais suintant le délire de potes s’étant auto-contaminés pour servir ad vitam æternam la cause d’un rock n’roll sans concession. En l’espace de quasiment de deux ans, ils ont donc révisé leurs fondations, resserré les boulons, lustré et affûtés les outils, que d’attentions faisant de « Mess With The Best, Die Like The Rest » un des disques français les plus solides et vicieux de cette rentrée

Le temps de seize coups fatals partagés entre punk, hardcore, heavy et rock mid tempo, plus rien ne bouge, la fine fleure hexagonale du genre (Second Rate, Lost Cowboy Heroes, Flying Donuts, Pookies, Sons Of Buddha…) ratisse, rase tout sur son passage, sans jamais tomber à court de munitions. Et pour cause, cette nouvelle attaque semble cette fois avoir été précautionneusement préparée, planchée sur papier millimétré, et se révèle ainsi plus meurtrière que les précédents assauts ou The Black Zombie Procession ne se contentait que de tailler dans le gras. Pour « Mess With The Best, Die Like The Rest », c’est fort d’une plus grande assurance, affublé d’un sourire sadique et ensanglanté, qu’il prend le temps de savourer tripes et intestins de victimes à l’agonie, lacérées par quelques riffs tranchants (« Toxic Punch », « Nasty Stomp », « Satan Told Me To », « Injected Poison »), et achevées par quelques brûlots puissants et mélodiques (« I Miss The Darkness », « Hell’s Infection », « Pitch Black »)

Mais, à l’exception de l’acoustique « Soul Dealer » chargé de clôturer l’album, difficile de remettre en cause une telle cohérence qui s’étend jusque dans la pochette confiée à Ed Repka, dessinateur s’étant déjà illustré par le passé pour le compte de Megadeth, Venom, Nofx ou Misfits. Une fois cet irréprochable « Mess With The Best, Die Like The Rest » copieusement asséné, les immortels Black Zombie Procession, en dignes rockeurs des ténèbres, repartent repus de chair fraîche et de sang, bien heureux de vous avoir chiqué le mollet avant même que vous ayez pu rejoindre la Zone S. Passe à ton voisin..

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire