The Abyssinians – « Satta Massagana »

Satta Massagana[Album]
14/01/2008
(Heartbeat/Nocturne)

Si l’on ne devait retenir qu’un seul album dans toute la discographie de la planète reggae, celui-ci pourrait être sans trop d’hésitation « Satta Massagana » des mythiques et énigmatiques Abyssinians… Le label Heartbeat partage d’ailleurs très certainement cet avis, ayant choisi en ce début d’année de remettre à la lumière du jour cet opus aussi exceptionnel qu’indescriptible, dans une version « deluxe » agrémentée de quatre inédits… Aussi légendaires soient-ils, The Abyssinians, formés en 1968 par Bernard Collins, Donald et Linford Manning, se sont toujours démarqués par leur grande indépendance, en marge des labels jamaïcains les plus prestigieux de l’époque. Après un bref passage par Studio One à la fin des années 60, c’est en suivant cette volonté de liberté artistique totale, allant de pair avec leur ferveur religieuse, que le trio vocal créa au début des années 70 le label Clinch, sur lequel sortira le cultissime « Satta Massagana » en 1976 (connu aussi sous le nom de « Foward On To Zion »)

Pour ceux qui n’en seraient pas déjà convaincus, rares sont les sons aussi transcendants et spirituels, d’une temporalité qui échappe, projetant dans un monde magique et surréaliste (à l’image du lieu dans lequel sont photographiés les trois artistes pour la pochette d’origine de l’album). Les poignants « Declaration Of Rights », « The Good Lord » et « Black Man’s Strain », dans lesquels rayonne la voix claire, limpide et « conscious » de Bernard Collins, appuyée par les choeurs mélancoliques des frères Manning, en sont de parfaits exemples. Les riddims sont lourds et captivants, chargés de cuivres et d’effets qui participent à donner au one drop des Abyssinians une force et une contenance uniques, illustrées à merveille dans « Y Mas Gan », « African Race » (et sa splendide ligne de guitare sèche), « Reason Time » ou la version discomix inédite d' »Abendigo »… Au milieu de ces beaux monuments du reggae surgit le titre « Satta Massagana » (enregistré chez Coxsone en 1969), son chant en Amharique (langue ancestrale éthiopienne) et ses cuivres inoubliables, devenu très vite la chanson-mère d’un riddim désormais tout aussi célèbre, le « Satta Riddim », qui continue encore aujourd’hui à circuler activement dans le milieu new-roots et au-delà des frontières formelles du reggae..

Au final, si cette réédition ne contient en elle-même aucune véritable surprise comparée à la décharge sismique qu’a provoquée « Satta Massagana » à sa sortie, elle tombe à pic pour nous rappeler que ces « Rois Mages » du reggae, réunis à nouveau depuis peu pour reprendre ensemble le chemin des scènes du monde, ont porté à leur plus haut niveau le genre jamaïcain, dans sa version consciente et pleine d’âme. On vous le dit, il est toujours très salvateur de se réapproprier une bonne fois pour toutes ses classiques..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire