Temples – ‘Volcano’

Temples – ‘Volcano’

Album / Heavenly / 03.03.2017
Rock psyché moderne

Le passage du second album reste toujours une étape assez compliquée, et ça l’est encore plus pour un groupe qui a su faire parler de lui avec un premier disque plus que convaincant. Les anglais de Temples se retrouvent donc cette année dans ce même schéma, et tentent à leur tour de publier un digne successeur à l’acclamé ‘Sun Structures‘ paru en 2014. Très attendu, ce nouvel opus intitulé ‘Volcano’ ne répond cependant pas à toutes les attentes qu’il avait suscitées.

La problématique est hélas très simple : beaucoup ont accusé Temples à ses débuts de profiter du revival psychédélique de ces dernières années, et de surfer sur la vague de groupes tels que Tame Impala et bien d’autres. Et de peur de s’enfermer dans un son profondément 60’s et 70’s, les anglais ont malheureusement forcé le trait de la modernité grâce à une production gonflée jusqu’à l’indécence, et cela au détriment du songwriting qui, au delà d’avoir toujours été leur point fort, était aussi le meilleur gage de leur authenticité. Craignant donc d’être considérée à jamais comme un groupe à connotation vintage, la bande de James Bagshaw – pas moins une formation contemporaine qui sait qu’elle peut bénéficier de toutes les possibilités numériques des productions actuelles – n’a malencontreusement pas su doser cette utilisation. Avec ses allures de machinerie à concevoir des singles taillés pour les stades, l’album peine pourtant à décoller. L’utilisation abusive des synthétiseurs et la voix haut-perchée constamment présente du chanteur leader ne permettent à aucun titre de s’épanouir individuellement et de se démarquer des autres.

Sans forcément parler de style, mais bel et bien de production, l’utilisation intempestive des synthés rend d’ailleurs ce ‘Volcano’ beaucoup trop proche de ‘Currents‘, album publié en 2015 et toujours signé par les australiens… de Tame Impala. Pourtant Temples n’avait pas à rougir de sa propre griffe. D’ailleurs la comparaison entre les deux groupes comme le procès intenté à l’époque étaient probablement malencontreux et faussés, mais aujourd’hui il serait complètement malhonnête de nier l’influence du dernier album de la bande de Parker. Temples rejoint donc la triste et grande lignée de tous ces groupes de rock qui ont cru et vu dans les synthétiseurs la clé de la modernité. Les choses ne sont hélas pas si simples.

Bien que trop mielleux dans l’ensemble, notons quand même quelques morceaux qui tirent leur épingle du jeu, comme ‘Certainty’, premier single efficace qui résume à lui tout seul la teneur générale de l’album, le fun et savoureux ‘Roman God-Like Man’, ‘Oh The Saviour’ et son charme so british, ou encore ‘How Would You Like To Go?’ où Temples flirte avec le fantôme de Pink Floyd.

Dans un sens, ‘Volcano’ remplit bien son contrat et fait le job avec une certaine sincérité, mais avec bien trop de maladresses aussi. Globalement lourdingue et faussement stimulant, ce disque s’avèrera étincelant pour les jeunes groupies du groupe et ravira les fans de pop stadium; mais en ce qui concerne le psychédélisme, mieux vaut encore se réécouter ‘Sun Structures’ qui fait désormais office de chef d’œuvre en comparaison avec son jeune cadet.

A VOIR
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE

‘Certainty’, ‘Oh The Saviour’, ‘How Would You Like To Go?’, ‘Roman God-Like Man’


Tags:
,
No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.