Telekinesis! – « 12 Desperate Straight Lines »

tele180Album
(Morr / Merge)
14/02/2011
Indie pop

Michael Benjamin Lerner, l’homme à tout faire dont il est question ici, aura beau avoir fait parler de lui via le premier album de son projet Telekinesis, le pauvre n’aura quand même pas eu beaucoup de bol ensuite. Entre une séparation, une intoxication alimentaire qui le rendit temporairement sourd d’une oreille, et un accident de van, le sort s’est littéralement acharné sur ce songwritter qui n’avait alors qu’une idée en tête: concrétiser. Parti composer en autarcie à Berlin à coups d’un morceau par jour, le bougre aura quand même réussi à reprendre le dessus et à sortir un deuxième album surprenant tant il est bourré de mélodies. Produit une nouvelle fois par Chris Walla (Death Cab For Cutie), autant inspiré par Paul Simon (« 50 Ways ») que The Cure (« Please Ask For Help »), « 12 Desperate Straight Line » enchaîne des tubes pop clinquants et lumineux, le même genre que Nada Surf pondait à ses débuts avec une insolente facilité: ceux qui ne mettent pas plus d’une poignée de secondes à séduire l’oreille (« Car Crash », « Palm Of Your Hand ») quand l’opération séduction n’est pas immédiate (« You Turn Clear In The Sun »). Et Lerner a beau y poser des paroles plus sombres que sa musique (« I Cannot Love You »), rien empêche ici Telekinesis de faire des merveilles. Se placent alors dans le viseur les énormes hits de ce disque, autant de titres qui passent d’une apparente banalité à de véritables éclairs de génie: « I Got You », « Fever Chill », et le final « Gonna Get It Right Now » frappé du songwritting approprié de Walla, trois chauds rayons de soleil portant à eux seuls l’incroyable talent de Lerner, comme l’intégralité de cet album qui tombe à pic alors que le printemps pointe son nez.

Disponible sur
itunes8

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire