Talib Kweli – « Prisoner Of Conscious »

talib180Album
(Javotti Media)
07/05/2013
Hip hop

Talib Kweli a beau nommer ce nouvel album « Prisoner Of Conscious » comme pour se défaire de l’étiquette qui lui colle sur le dos depuis ses débuts et ses multiples collaborations avec des Mcs de ce type (Common et Mos Def en tête), il semble que l’esprit soit plus fort que sa propre volonté. La preuve dès l’intro ou, durant le mouvement Occupy Wall Street ou toute sonorisation était interdite, on l’entend clamer ses vers, et les faire répéter par l’assistance pour qu’ils soient entendus. Peu importe, cela nous a certainement toujours moins dérangé que lui, et cette entame n’est pas sans rassurer ceux qui attendent de sa part – et depuis longtemps – un véritable retour aux sources.

L’excellent « Human Mic » n’est d’ailleurs pas sans raviver la flamme, comme la plupart des collaborations ici entre Talib Kweli et Oh No. Exception faite de l’ensoleillé et cuivré « High Life », force est de constater que l’entente entre les deux est loin d’enfanter le pire de cet album (« Hold It Now », « Hamster Wheel »), que d’autres se sont par ailleurs bien chargés d’incarner. Preuves en sont les quelques guimauves qui plombent le disque, soit par une approche RnB trop affirmée (« Come Here » feat Miguel), soit par des choix artistiques certes respectables mais finalement peu goûteux (« Push Thru » feat Curren$y, Kendrick Lamar et Glen Reynolds, « Favela Love » feat Seu Jorge).

Entre quelques titres de bonne facture mais qui ne resteront certainement pas dans les annales (« Delicate Flowers », « Upper Echelon »), reste néanmoins quelques exceptions pour éclaircir un peu le tableau. Parmi elles, cette nouvelle collaboration avec Melanie Fiona (« Ready Set Go ») dont la contribution soul convient pas mal au flow du new yorkais, l’efficace « Rocket Ships » concocté par RZA et craché avec Busta Rhymes, ou le chanté « Before He Walked » (feat Nelly & Abby Dobson) porté par une belle mélodie. Au final, mémorables ou non, tous les titres servent une diversité inédite chez Talib Kweli qui, si elle peut écorcher la cohérence de ce « Prisoner Of Conscious », a au moins le mérite de ne plus focaliser l’auditeur sur le caractère « conscient » du Mc. Une maigre consolation pour un album somme toute banal.

itunes17

En écoute

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire