Talib Kweli – « Gutter Rainbow »

talib180Album
(Duck Down/Blacksmith/Module)
31/01/2011
Hip hop

Quelques mois après ses retrouvailles fructueuses avec Hi-Tek pour un album ambitieux de Reflection Eternal, Talib Kweli revient cette fois en solo, exercice dans lequel il aura rarement brillé. En effet, bien qu’il soit – et reste – certainement l’un des meilleurs de sa génération, le Mc fonctionne seulement par coups d’éclats, éprouve des difficultés à produire un disque homogène, et se montre souvent plus à l’aise dans une collaboration que lorsqu’il porte un projet seul.

Alors, « Gutter Rainbows » s’inscrit-il dans la même lignée? Malheureusement, oui. Il nous avait pourtant alléché en lâchant en avant-première un « Cold Rain » produit par Ski Beatz, et reprenant les basiques sur lesquels le rappeur de Brooklyn est le plus à son aise: un sample couplé à des voix hésitant entre soul et gospel. Normal dès lors de s’attendre à du relief et de la chaleur, comme on en sait le bonhomme capable. Marco Polo apporte effectivement son punch à « Palookas » feat Sean Price, tandis qu’Oh No distille son brin de folie dans un « Uh Oh » décalé, sur lequel Jean Grae fait une entrée virtuose. Mais encore une fois, quelques titres de haute volée cachent un ensemble plutôt quelconque. La présence de S1, qui voit sa cote exploser depuis qu’il a co-produit le « Power » de Kanye West, n’y change rien. Les deux titres qu’il compose – « Wait For You » et « Mr International » – n’apportent pas la valeur ajoutée escomptée, d’autant que ce dernier ne parvient pas à coller à la personnalité tout en sobriété de Kweli. « I’m On One », « Ain’t Waiting » ou le jazzy « Self Savior », simples mais efficaces, sont plus en adéquation avec le style du new-yorkais,  toujours lyricalement irréprochable.

Son flow reste finalement sa meilleure arme, à défaut de proposer à son auditoire un disque musicalement abouti de bout en bout, la course de fond que représente la production d’un album correspondant peut-être moins à ses aptitudes, lui qui apporte tellement lors de furtives apparitions sur de nombreux de projets. On ne rangera évidemment pas ce « Gutter Rainbows » dans le lot des albums sans intérêt, mais on ne le classera pas non plus parmi les incontournables du moment. Dommage car, sur quelques morceaux, Talib Kweli prouve qu’il est largement au-dessus du lot, et qu’il pourrait bien faire très mal le jour où il nous proposera un projet moins inégal.

En écoute

Disponible sur
itunes16

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire