Swollen Members – « Dagger Mouth »

swo180Album
(Suburban Noize)
12/04/2011
Hip hop

La vie d’un groupe est souvent faite de haut et de bas, de séparations, et parfois d’égarements. En ayant traversé tour à tour chacun de ces états, Swollen Members est en tout point représentatif de ces aléas. Madchild, Prevail, Rob The Viking sont ainsi les rescapés d’un combo à géométrie variable, qui compta parmi ses membres Moka Only (lors de quelques allers-retours), Easy Roc et Zodak, et qui connut des moments de gloire couronnés par de nombreuses récompenses. Des tournée gigantesques suivirent, mais également des moments de doute, et quelques ratés mémorables comme ce « Heavy » qu’ils ont eux-mêmes rayé de leur discographie officielle. Malgré ces accrocs, on les retrouve aujourd’hui pour leur sixième opus, reflétant un retour aux basiques fort opportun.

Toujours habillés d’une profonde noirceur, ils retrouvent enfin cette simplicité qui leur faisait défaut ces dernières années. Retour aux sources donc, celles des débuts sur le label Battle Axe, référence underground à l’époque. Beats efficaces, ambiances sombres à souhait flirtant parfois avec l’horrorcore (« Do or Die », « The Shining », « House Of Sin », « Electric Chair »), les recettes du passé sont ici réutilisées avec brio, tout juste agrémentées de quelques touches de modernité qui leurs font gagner les dix ans nécessaires pour coller à leur temps. On les connaissait également à l’aise dans un style plus Boom Bap enclin à faire jumper les foules, et là encore ils répondent présents. « Fire » fait donc partie de ces titres propres à faire entrer en fusion n’importe quel public. On ne pourra s’empêcher d’effectuer un parallèle avec leurs aînés de Cypress Hill (auxquels ils font un clin d’œil sur l’intro de « The Predator ») autre combo habitué des gigantesques festivals nord-américains. « Moonshine », « Mr Impossible », « Night Vision », « Fresh Air », « Devil » sont autant de preuves d’un talent trop longtemps gâché, mettant d’autant plus en lumière l’aveuglement dont ils se rendirent coupable. Les productions léchées et équilibrées de Rob The Viking sont enfin de retour et les flows de Madchild et Prevail plus tranchants que jamais.

Difficile pour un jeune groupe de résister aux sirène de la gloire. L’utilisation de certains de leurs titres pour des jeux vidéo avait écorné leur image underground, et leurs méga concerts les avaient vus perdre leur intégrité artistique. Trop focalisés sur leur propre succès, ils avaient sans doute égaré cette magie qu’ils semblent, après quelques échecs, avoir retrouvé. « Dagger Mouth » pourrait donc être l’album de la rédemption pour les Swollen Members, armés pour affronter à nouveau les scènes du monde entier. A condition qu’ils ne répètent pas les mêmes erreurs.

Disponible sur
itunes13

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire