Sun Eats Hours – « The Last Ones »

The Last Ones[Album]
01/09/2005
(Rude/Overcome)

Bien qu’on n’attende plus grand chose de la part de la scène hardcore mélodique, il faut avouer qu’on parvient encore à se laisser tenter par quelques groupes qui, sans être originaux, réussissent pourtant à sortir du lot. C’est évidemment le cas des italiens de Sun Eats Hours pour qui il est hors de question de se noyer dans la masse, ses banalités et ses refrains faciles. Ainsi, par la même occasion, le groupe redore l’image d’un genre devenu caricatural et égratigné par les Offspring, Blink 182, Afi, et autres machines de guerre commerciales pourtant loin d’être les meilleures. Chez Sun Eats Hours, on se plonge plus volontiers dans la période faste comprise entre 1992 et 1998, lorsque Nofx, Bad Religion, Pennywise, Lagwagon ou Rancid étaient les rois du punk rock. La recette fait son effet et le groupe devient vite la coqueluche nationale de l’autre côté des Alpes, comme les Burning Heads peuvent encore l’être chez nous. Leurs premiers albums marquent les médias, comme le public, le combo ouvre pour les grands pontes du punk rock, enchaîne les gros festoches (Deconstruction Tour…), et « The Last Ones », ultime opus à sortir ce mois ci, ne fera que confirmer un talent certain. Certes, Sun Eats Hours a été élevé à l’américaine mais n’adopte pas une production stéréotypée à la Ryan Greene, et parvient à rendre discrètes ses nombreuses influences. Le groupe pond ainsi quelques titres de haute volée (« Now, Again », « The Level », « 2004 », « Dull Minds »), jongle avec les rythmiques up et mid tempo, ajoute quelques clins d’oeil jazzis ou acoustiques, pour un album finalement varié, riche, personnel et sans faux pas qui pourrait bien mettre à l’amende de nombreuses références d’outre Atlantique. A croire que le seul défaut de Sun Eats Hours serait d’être italien, et d’être ainsi beaucoup trop sous estimé. Car le quintet est de ce qui se fait de mieux dans le genre sur le vieux continent…

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire