Sugarcult – « Lights Out »

Lights Out[Album]
12/09/2006
(V2/Import)

Celui là nous était passé sous le nez sans qu’on ait pu en renifler la bonne odeur de tubes. Sorti en septembre 2006, « Lights Out », troisième album des Sugarcult, semble n’avoir d’effets sur nous que le printemps approchant. Chose peu étonnante quand on sait à quel point les californiens sont capables d’enchaîner insolemment les tubes, d’une niaiserie incomparable pour certains, furieusement efficaces pour les autres. A la défense des premiers, il faut dire que la France a depuis longtemps balayé ce genre de rock parfois trop vite affilié à une fraîcheur adolescente, contrairement aux Etats-Unis ou la large palette d’auditeurs permet encore à ces groupes de pouvoir tourner et sortir des disques. Une chance pour eux, mais aussi pour toutes ces oreilles séduites par le précédent « Palm Trees And Power Lines« , bourré de friandises mélodiques. On en attendait autant de ce nouvel album, censé définitivement sceller la patte de Sugarcult parmi les innombrables formations college rock. Sauf que, aidé par une production malheureusement presque trop surfaite lui ôtant un peu de spontanéité, le combo ne se limite plus seulement à une ribambelle de hits taillés pour faire valser les couettes des californiennes blondinettes. Bien sûr, on y retrouve encore quelques penchants (« Do It Alone » rappelant Alkaline Trio), mais aussi d’étonnantes ballades (« The Investigation »), des perles de pop music certainement jalousées par Weezer (« Shaking »), un certain déploiement de force (« Riot », « Dead Living ») et quelques dérives aux très légers accents post punk auxquelles ils ne nous avaient pas encore habitués (« Explode »). Sugarcult confirme donc sans conteste son statut de groupe à la renommée grandissante, notamment en portant toute son attention sur un répertoire désormais plus varié sans qu’il vienne pourtant décontenancer son public le plus fidèle. Celui-là dont la déception de ne pas retrouver des titres aussi immédiats que « Memory » ou « Champagne » ont pu l’être par le passé (à l’exception peut être de « Made a Mistake ») sera compensée par une réelle motivation à se renouveler. On ne peut pas tout avoir..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire