Subtle – « Exiting Arm »

Exiting Arm[Album]
19/05/2008
(Lex/Differ Ant)

Depuis le début du siècle, depuis qu’il s’est amusé à balancer quatre maxis (« Autumn », « Summer », « Winter« , « Spring ») tous autant représentatifs d’un cas à part sur la scène musicale moderne, Subtle n’a fait que cultiver cette marginalité, restée parfois incomprise, qui lui permet encore aujourd’hui de slalomer entre les étiquettes. Subtle fait du Subtle, à coups de hip hop, de rock, et d’electro, un mélange pourtant rencontré fréquemment, mais que personne n’aura exploité à ce point. En 2004, « A New White » affichait de réelles ambitions, marquait la signature du groupe chez Lex Records, et débutait une trilogie qui allait se poursuivre deux ans plus tard avec l’excellent « For Hero: For Fool« . L’heure du dernier volet a donc sonné, « Exiting Arm » vient clôturer cette valse en trois temps qui n’aura pas manqué de gagner en accessibilité au fur et à mesure qu’on s’y sera enfoncé.

C’est incontestable, qu’on apprécie ou non les délires presque schizophrènes de la bande de Dose One, nul ne pourra lui enlever son principal atout: une inspiration inépuisable qui lui permet, à chaque fois, de surprendre, de ne jamais se répéter, de trouver le génie nécessaire pour prendre un peu plus de monde par la main et parvenir à le faire entrer dans son univers si particulier. Notamment cette fois ci, « Exiting Arm » pouvant très bien être, pour les oreilles qui en seraient encore vierges, l’album par lequel commencer, car certainement le plus accessible à ce jour. Pourtant, le voile hip hop alternatif qui flotte au-dessus de sa tête ne s’est pas forcément estompé: l’approche et les moyens mis à disposition sont identiques aux deux précédents efforts, un violoncelliste officie désormais à plein temps, même Dax Pierson, quadriplégique depuis un grave accident survenu en tournée, est présent et contribue pleinement au résultat final via un séquenceur. Voilà comme une garantie de ne pas retrouver Subtle dans les charts, sauvé qu’il est des démons commerciaux, notamment par son goût immodéré de textures tellement présentes qu’elles en deviennent parfois lourdes et indigestes. D’autant que Dose One, partagé entre chant mystique et flow mitraillé, ne contribue en rien à la légèreté de certains titres

Ce qui nous amène à l’évidente conclusion que la formation perd facilement la moitié de sa saveur quand, nous Français même avec de bonnes notions d’anglais, sommes incapables de comprendre la subtilité des textes du frontman, tâche d’autant plus insurmontable étant donné son timbre nasillard, son haut débit et ses multiples exercices de style. Pour combler ce gêne conséquent, le groupe a donc eu la bonne idée d’accompagner cet album d’un site internet bourré de textes. Là, le thème récurrent de ce rappeur de classe moyenne, appelé Hour Hero Yes, combattant l’apathie comme le consumérisme, devient plus clair. Mais nous sommes à la fin de l’histoire, et désormais certains d’avoir manqué des éléments déterminants de son déroulement. Le rattrapage n’étant pas une moindre tâche, on se contentera donc uniquement de ces accents pop, voire krautrock, qu’on aura jamais connu si évidents chez Subtle. Ce qui n’empêchera pas « Exiting Arm » de passer comme un café sans sucre..

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire