Strung Out – « Blackhawks Over Los Angeles »

Blackhawks Over Los Angeles[Album]
11/06/2007
(Fat Wreck Chords/Import)

Avec une quasi-dizaine d’albums au compteur, Strung Out fait partie des précurseurs du punk mélodique, des piliers historiques du label Fat Wreck Chords avec cette particularité d’avoir toujours opté pour une musique beaucoup plus technique que celle de ses voisins de palier. Encore plus depuis « Exile In Oblivion« , leur dernier disque pondu avec l’aide du producteur Matt Hyde, responsable du son de No Doubt ou Slayer entre autres. « Blackhawks Over Los Angeles », le nouvel essai des Américains, ne déroge pas à la règle et va même jusqu’à enfoncer le clou. À jamais, Strung Out sera ce groupe de punk solidement ancré dans la technique du métal qu’il ponctue de mélodies typiques du punk rock californien. Le souci est que cette recette le rapproche dangereusement des formations actuelles, celles de bons musiciens élevés au hard rock, tout comme des plus ringardes que ce dernier ait vu apparaître. Pour preuve, pas un seul morceau de ce dernier album ne comporte pas un bon vieux solo d’école de musique, ce qui n’est pas sans donné une impression de déluge guitaristique démonstratif parvenant presque à étouffer les mélodies, celles qui sont aussi là pour donner un peu d’air à cet opus et nous emmener jusqu’à sa fin. Et cela, même avec une bonne production, trop bonne même puisqu’elle lisse au point d’en effacer la spontanéité chère au punk. Avec les oreilles et les doigts en sang, Strung Out crie haut et fort qu’il s’agit là de son meilleur effort. Nous, on vous renverra plutôt illico à son premier « Another Day In Paradise » qui savait, à l’époque, trouver le juste milieu entre tous les atouts de ses géniteurs. Aujourd’hui, on se fait sérieusement chier, comme à un cours de guitare avec un prof qui s’applique surtout à vous impressionner. Raté

En écoute

1. Calling     
2. Party In The Hills     

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire