Street Dogs – « State Of Grace »

State Of Grace[Album]
07/07/2008
(Hellcat/Pias)

Si le doute subsiste quelques minutes, le temps du « Mean Fist » d’ouverture et de son street punk aussi efficace que mélodique et direct, l’origine géographique de Street Dogs s’éclaircie soudainement sur « Kevin J.O’Toole ». Aucun doute, on a droit ici à une nouvelle démonstration de punk viril en provenance de Boston, là ou officient notamment les Dropkick Murphys, porte drapeau de cette scène à gros bras.

Et pour cause, c’est à la fin des années 90, quand le groupe commence à voir sa renommée grimper en flèche, que Mike McColgan, son chanteur, quitte le navire pour se lancer dans une carrière de pompier. Mais la musique lui manque, et il y revient en formant Street Dogs, dont le premier album « Saving Hill » sorti en 2002 est assez convaincant pour emmener le groupe en tournée aux côtés de Flogging Molly, autres amateurs de guitares et de whisky. « Back To The World », son successeur, débarque en 2004 armé du batteur Joe Sirois, entendu aux débuts de The Mighty Mighty Bosstones et désormais reparti vers d’autres projets. Une nouvelle fois, Street Dogs fait l’unanimité, passe les frontières, et partage la scène avec Social Distortion, Bad Religion, The Briefs, et les Bouncing Souls. Pas étonnant d’ailleurs, à entendre les récurrentes similitudes avec ces derniers sur le « Fading American Dream » de 2006

Pour « State Of Grace », leur toute nouvelle livraison, les cinq devraient sans aucun doute connaître le même sort, d’autant plus qu’ils rejoignent Hellcat pour l’occasion, beaucoup plus puissant que Crosscheck et Brass Tacks auparavant. Un sort bien mérité puisque, le temps aidant, Street Dogs n’a pas manqué de s’améliorer. Dans les lyrics notamment, McColgan ayant considérablement élargi les thèmes abordés, sans pourtant effriter son éternel engagement politique (« Rebel Song », « San Patricios », la reprise des Skids « Into The Valley »). Aussi, comme il était prévisible, le groupe balance de manière vindicative quelques titres, dont « General’s Boombox » (clin d’oeil à Joe Strummer et ses Clash) et « Two Angry Kids », qui ne manqueront pas de remuer quelques pubs irlandais de la côte Est des Etats-Unis et d’ailleurs, là ou son public se terre. Et ça tombe plutôt bien puisque c’est surtout pour cela que Street Dogs avance, comme indifférent aux modes et à la médiocrité ambiante

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire