Steve Gunn – ‘The Unseen in Between’

Steve Gunn – ‘The Unseen in Between’

Album / Matador / 18.01.2019
Folk rock


Le folk-rock a généré un tel nombre d’artistes au cours des âges, entraînant un manque flagrant d’originalité dans de nombreux cas, qu’on est souvent méfiant à l’idée d’en découvrir un de plus. Le plaisir est donc décuplé lorsque ce préjugé est invalidé par l’une ou l’autre perle rare : Steve Gunn dans le cas présent, qui offre ici un très bel album introspectif.

Bien que l’auteur-compositeur de Philadelphie (qui vit à New York depuis qu’il y a trouvé du boulot dans une galerie d’art il y a une bonne dizaine d’années) en soit à une demi-douzaine d’albums, on constate à chacune de ses parutions un sens du renouvellement qui lui permet d’éviter de ressasser ad nauseam une formule éculée.

Car en émaillant sa musique d’influences free jazz, blues et psyché, Steve Gunn va au-delà des genres. Avec Tony Garnier à la production (le bassiste de Bob Dylan), Gunn s’inspire ici de mélodies répétitives aux consonances africaines (New Familiar – non sans rappeler la très grande Tommy’s Congo clôturant son album de 2014 Way Out Weather), emprunte ici des instrumentations americana rock FM (Lightning Field, Vagabond) ou remanie là une pureté folk pour ensuite la sublimer (Luciano, dans sa deuxième partie). Morning is Mended, qui nous baigne dans une lumière soyeuse en approchant de la fin de l’album, sert de rappel : il y a dans la voix du guitariste une lassitude simple et tranquille, quelque chose de mystérieux et rafraîchissant.

Trois ans après l’excellent Eyes On The Lines, The Unseen in Between est le fruit d’un artiste curieux et humble qui assemble à sa façon ses influences variées. Et comme toujours dans ces cas-là, la qualité est là.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
New Familiar, Luciano, Morning is Mended


No Comments

Post A Comment