Soul Jazz Records – « Rumble In The Jungle »

Rumble In The Jungle[Album]
04/06/2007
(Soul Jazz/Discograph)

« Rumble In The Jungle », c’est ainsi qu’on a appelé le combat de titans à Kinshasa en 1974 entre Mohammed Ali et George Foreman pour la reconquête du titre de champion du monde des poids lourds… C’est aussi le titre qu’a choisi le label Soul Jazz pour nommer sa compilation sur les débuts du mouvement jungle. Histoire de donner une idée de la force de frappe de cette musique…

Fin des 80’s, la scène hip hop britannique (Gunshot, London Posse, Silver Bullet…) a bien du mal à se faire une place dans le coeur de ses compatriotes, majoritairement tournés vers la toute puissante cousine américaine. Beaucoup de ses acteurs jetteront même l’éponge et s’en iront voir ce qui se passait du côté de la nouvelle scène rave qui enflammait alors les campagnes anglaises chaque week-end. Bien des producteurs trouveront là un lieu d’expression privilégié pour rassasier leur soif d’expérimentation, et bien des MC’s y verront l’opportunité de revenir à leurs racines jamaïquaines et à leur culture du sound system. En quelques mois, ce nouveau style, rapidement appelée jungle, allait donc fédérer une large frange de la jeunesse londonienne et ainsi changer durablement l’avenir des musiques électroniques. Les breakbeats affolés parlaient aux b-boys, les basses massives et les samples de chanteurs reggae attiraient les dreadlocks, tandis que l’esprit de cette musique redonnait du sang neuf au mouvement acid qui s’essoufflait un peu

Des toasters de dancehall jamaïcain (Bounty Killer, Beenie Man, Ninjaman…) comprirent qu’un immense marché s’ouvrait soudainement à eux, et offrirent donc en masse leurs services aux jeunes producteurs anglais. Entre 1991 et 1994, ce qu’on a appelé le ragga jungle régnait en maître sur toutes les soirées dignes de ce nom outre-manche, avant d’abandonner peu à peu ses oripeaux jamaïcains au profit du jazz (Roni Size & Reprazent), du trip hop (Goldie), de la musique orientale (Asian Dub Foundation, Talvin Singh…) ou expérimentale (Aphex Twin, Squarepusher…) et d’être alors rebaptisé drum’n’bass. C’est sur cette première période du genre qu’a donc décidé de s’attarder le label anglais en regroupant les meilleurs titres de l’époque, sur lesquels des dizaines de milliers de personnes se retrouvaient pour gesticuler comme un seul homme, avant qu’une loi (la tristement célèbre Criminal Justice Bill) ne s’acharne à mettre fin aux festivités

Et si Mohammed Ali coucha Foreman d’une droite dans le huitième round lors du fameux combat, Uk Apachi & Shy Fx nous donnent eux aussi le coup de grâce de cette compilation à la huitième plage avec leur méga-tube « Original Nuttah » toujours aussi contagieux. Comment résister à ces basses tout en rondeur qui jouent aux montagnes russes et à ce toasteur qui court sur les riddims comme Jésus marchait sur l’eau? L’énergie et l’urgence sont palpables comme au premier jour, et l’on comprend sans peine pourquoi la jeunesse de l’époque a répondu massivement à l’appel de ces nouveaux rythmes

D’autres hymnes générationnels figurent au tracklisting de ce disque (cf. le « One Bible » de Asher Senator, le « Under Mi Sensi » de Barrington Levy & Beenie Man, le « Incredible » de M Beat & General Levy…), toujours aussi efficaces aujourd’hui. Ne manque presque que le « Fire » de Prizna & Demolition Man pour obtenir le Top 5 idéal..

Bien sûr, les morceaux se ressemblent tous un peu, mais ne pourrait-on pas en dire autant du reggae, du punk, du jazz ou du rap? D’ailleurs, les b-boys devraient apprécier plus particulièrement les trois titres des fulgurants Ragga Twins aux flows rageurs, proches de leurs potes de Gunshot, et aux instrumentaux plus posés, ainsi que l’excellent morceau de Dj Zinc (du Ganja Krew), « Super Sharp Shooter », parfaite fusion de hip hop et de jungle

En résumé, une compilation indispensable aux nostalgiques de l’époque des dancefloors détrempés et à tous les curieux qui veulent comprendre l’évolution des musiques urbaines actuelles (grime, dubstep, crunk, etc.). C’est assez clair, ou je remets les gants?

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire