Sol.iLLaquists Of Sound – « No More Heroes »

sol180Album
(Anti)
03/08/2009

« As If We Existed », le premier album des Solillaquists Of Sound sorti il y a bientôt trois ans et qui ouvrait une trilogie, traîne encore derrière lui un accueil dithyrambique de la presse comme du public. A la fois accessible et imaginatif, le quartet d’Orlando savait y ménager la chèvre et le chou, ramener à sa cause un auditoire crossover par ses multiples influences, mais aussi les puristes du genre grâce à des bases impeccablement acquises. Une fois son registre bien en bouche, on attendait donc impatiemment ce « No More Heroes », deuxième volet ayant la difficile tâche d’avoir à confirmer.

Hip hop, dubstep, afrobeat jouant notamment des coudes, cuivres, cordes et synthés venant enrichir le tout, flows et harmonies vocales se mariant toujours aussi bien sur la majorité des titres, on y retrouve une nouvelle fois l’ouverture musicale comme caractéristique première. Seul véritable changement au delà d’une force collective nettement plus affirmée, Solillaquists Of Sound a délibérément mis les bouchées doubles en termes d’agressivité: d’une part dans la production, DaVinci ayant cette fois eu le doigt plus lourd sur la MPC (« New Sheriff In Town », « Ghotam City Chase Scene », « Solillquy »…); d’autre part dans les thèmes abordés. « Le » thème abordé devrais-je plutôt dire. Car tout tourne ici autour de la notion de héros, même paradoxale quand le groupe regrette ici ou là ceux du passé (« Harriet Tubman Pt2 », « The Roots Of Kinte », « Bulletproof »), mais ne manque pas non plus de réfuter cette idée de dépendance en titillant plutôt celui qui sommeille en chacun de nous (« Marvel », « Heroes »).

Un brin mégalo, le quatuor n’hésite d’ailleurs pas à se considérer ainsi en citant sa propre initiative de tribute to J Dilla via le titre « Death To The Muse », dont tous les bénéfices ont été reversé à la mère de l’artiste mais qu’on retrouve pourtant à ce tracklisting, ou plus justement la création d’une école à but non lucratif afin d’éduquer les jeunes sur les bonnes choses de l’âme, du corps et de l’esprit. Reste que ce « No More Heroes », égal à son prédécesseur, ne déçoit pas, mais n’émeut pas pour autant. La faute peut être à un effet de surprise largement estompé qu’il faudra impérativement retrouver pour que cette trilogie ne retombe pas comme un soufflet.

Achetez sur:
itunes5

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire