Sole – « Mansbestfriend pt 3 »

Mansbestfriend pt 3[Album]
01/01/2006
(6 Month/Import)

La dernière apparition discographique de Sole date d’il y a presque un an maintenant. Depuis, le californien a continué de tourner sans relâche, a quitté Barcelone pour retrouver l’ouest américain, emportant avec lui quelques titres composés dans la capitale catalane entre janvier 2004 et septembre 2005. C’est cette série de productions qui compose le troisième volet de la série « Mansbestfriend », sorte d’échappatoire au catalogue Anticon que l’on peut retrouver systématiquement sur le stand merchandising de ses concerts. Comme le veut désormais la tradition, l’édition limitée en packaging single a laissé la place à un digipack plus conventionnel et commercialisable. En plus de répondre à l’énorme productivité de Sole, ce nouvel opus égale aussi quasiment ses longs efforts plus officiels ou il est accompagné de divers producteurs… Ici, c’est du Sole à 100%, avec ce flow que l’on connaît, toujours aussi intense, placé au millimètre, et adéquat à toutes les ambiances traversées tout au long de ces seize titres. On pourrait donc facilement penser que le manque de recul condamnerait ce disque. Non, c’est un fait, Sole continue de s’améliorer sous l’habit de producteur et sait conserver ces ambiances apocalyptiques, pesantes, presque étouffantes qui le démarquent de cette fourmilière d’artistes abstract hip hop. On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même semble t-il. « Mansbestfriend pt 3 » flirte avec le sans faute, même si quelques titres semblent manquer d’inspiration (« Dream Of Misplaced Natives », « The Complaint/On My 36th Year »…) et contrebalancent quelques excellents passages dignes d’un très bon album officiel (« In Honor Of All Magnets », « Impermanent », « Byrons Old New Pen », « Shadow Of a Satellite »…). Peu importe, à l’instar de Dose One son compagnon de label, Sole doit sûrement avoir à passer par là, à passer toute sa créativité à la passoire pour nous sortir prochainement le meilleur opus possible. Ça promet. Accrocs du bonhomme comme d’Anticon, voilà une galette à ne pas manquer. Faut quand même pas déconner..

En écoute

1. The Complaint     
2. My worst Enemy     

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire