Sleeping People – « Growing »

Growing[Album]
09/10/2007
(Temporary Residence Ltd/Import)

Originaire de San Diego, Sleeping People a vu le jour en 2002 sous forme de trio (batterie/deux guitares), et s’est tout de suite lancé dans un répertoire punk/prog/métal à l’énergie contenue. Ce n’est pourtant que l’année suivante que le groupe se lance sérieusement dans la bataille avec l’arrivée du bassiste Kenseth Thibideau alors dans Pinback. Retour à la case départ, les trois musiciens originels tirent un trait sur le travail accompli pour retourner à la case départ et composer désormais à quatre

C’est donc en 2005 que Sleeping People expose au grand jour son long travail de composition dans l’ombre avec un premier album éponyme. Les retours ne sont pas aussi unanimes que prévus, certains allant même jusqu’à parler d’un mal de crâne plaisant, en partie dû à cette manie du groupe de détruire avec une certaine complexité toutes les structures de morceau qu’il aura érigées. Pourtant, on pouvait déjà y déceler une vraie richesse, une profondeur, une clarté et un certain potentiel mélodique qui plaçaient le groupe sur la voie des bonnes formations math rock du moment. Beaucoup d’interrogations restaient cependant en suspens, et toute une frange de ce public rock attendait de « Growing » qu’il lui apporte quelques réponses

Entre ces deux disques, Sleeping People aura nettement mûri. Si la base reste très similaire, pas de doute que le quatuor fait aujourd’hui preuve de beaucoup plus d’authenticité, et pond des titres beaucoup plus rapides, dynamiques, réfléchis et agressifs.Du coup, on se laisse plus facilement happer par « Growing », étalant une technique parfaite, décuplée par ces parties instrumentales répétées souvent à l’infini. Cela fait son effet, on pense évidemment à des groupes comme Battles ou Don Caballero devenus des maîtres en la matière. Le seul souci est que tout est écrit sur du papier graphique, qu’aucune note ne bouge, privant cet album d’un côté humain et spontané qui n’aurait pourtant pas été mauvais à prendre

« Growing » déroule donc tout le savoir faire de Sleeping People tout en laissant l’impression de ne pas lui accorder beaucoup de liberté. Un comble pour un groupe de rock, encore plus quand sa musique pourrait très bien partir dans les affres de l’improvisation. De ce fait, certains titres atypiques, parfois même assez longs pour vous faire passer par toutes les ambiances de ce disque, ne sont pas loin de provoquer comme une overdose en faisant considérablement traîner le plaisir alors qu’ils auraient pu être plus efficaces en version raccourcie (« Mouth Breeder », « Underland », « It’s Heart Loves Open »). D’autres, par contre, au format plus conventionnel, parviennent à porter cette nouvelle livraison à bout de bras. C’est le cas de « Yellow Guy/Pink Eye », solide et transcendant, de « Three Things » aux riffs qui donnent le tournis, ou du final « People Staying Awake », plus minimaliste et ragaillardi par la présence vocale d’un Rob Crow (Pinback) nous rappelant qu’il s’agit toujours là d’une histoire d’hommes. Ne perdez donc pas de temps à trouver ce « Growing » par tous les moyens, à moins que vous soyez totalement accrocs au math rock, et à un rock instrumental technique et pointilleux

En écoute

1. Yellow Guy/Pink Eye     

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire