Sleaford Mods – ‘Divide And Exit’

Album / Harbinger Sound / 28.04.2014
Poésie punk hop

La notoriété grandissante de Sleaford Mods n’a pas affecté son univers singulier, ni sa force de frappe. Toujours aussi direct et tapageur, contestataire et performant, le charismatique Jason Williamson et son binôme Andrew Fearn continuent de répandre une musique minimale et frontale à grands coups de gueule dans les micros. Avec ‘Divide and Exit’, c’est sur les bases solides de son précédent album ‘Austerity Dogs‘ – une basse brute et des rythmiques répétitives entrainantes – que le binôme de Nottingham revient à la charge pour nous postillonner quatorze titres piochés à la source de l’esprit du punk anglais, et détournés avec ingéniosité dans son monde synthétique et binaire. Mi scandé, mi chanté, des textes explicites, distillés dans un langage brutal, viennent nous égratigner avec une arrogance assurée, et l’accent typique du nord de l’Angleterre, tandis que les programmations nous entrainent dans des hochements de têtes incessants (‘Tied Up In Nottz’, ‘A Little Ditty’, ‘Strike Force’ ou ‘Middle Men’). Pas d’arrangements complexes, seules quelques notes de claviers viennent agrémenter des titres aussi originaux que directs avec une sobriété déconcertante. Et lorsque Williamson fait vibrer ses cordes vocales de sa voix rauque, des lignes mélodiques aussi belles qu’efficaces viennent contraster avec force le côté orateur du performer et finissent de nous mettre au tapis (‘The Corgi’, ‘Tiswas’ ou encore ‘Tweet Tweet Tweet’). Dans ce manifeste musical réussi de bout en bout, les morceaux respirent tout le panel du savoir faire Sleaford Mods et promettent de véritables jubilations. Le duo détient une recette unique en son genre, une fabrique à titres épurés, hypnotiques et percutants, faisant le lien entre punk, hip hop, pop et électro minimaliste, sans jamais sombrer dans une fusion galvaudée. Digérée, celle-ci se transforme plus volontiers en une redoutable machine à effet immédiat. Une sauce anglaise au goût de reviens-y.

‘Tied Up In Nottz’, ‘Tiswas’, ‘Middle Men’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire