Skunk – « Kinki »

Kinki[Album]
22/10/2002
(Small Axe/Tripsichord)

Si les changements de line up ne sont pas toujours bénéfiques, ce n’est évidemment pas le cas pour les basques de Skunk qui s’obstinent définitivement à ne jamais faire comme tout le monde et par la même occasion à constamment nous étonner. Deux ans après le live, ce nouvel album « Kinki » est comme à chaque fois ce que Skunk a fait de mieux jusqu’à maintenant

Mélangeant toujours habilement les différents courants musicaux les influencant, le combo ne laisse encore pas son énergie en coulisse d’autant qu’Andre Gielen, producteur de cet opus, a su parfaitement la retranscrire sur bande. On commence l’aventure assez calmement avec « Ikutu Gabe » au refrain superbement accrocheur grâce à des mélodies vocales entêtantes soutenues par une section instrumentale à bloc. « Kinki » enchaine sur un funky core des plus efficaces ou les cuivres s’en donnent à coeur joie, « Etor Daitezela » (tout comme « Kontrol ») réveille tout ce petit monde avec un hymne punk qui nous renvoie sans escale à l’époque ou les Negu Gorriak atteignaient l’apogée de leur talent. La descente est agréable avec une touche de ska sur « Ti Amo Ancora » mais est de courte durée puisque « Ibantxo », que l’on avait déjà pu entendre sur une ou deux compilations, retourne vers un punk rock revendicatif et énergique. « Kuzeb 10 pm » est sans conteste un des meilleurs moments de ce « Kinki » puisqu’il alterne habilement des accents rock et salsa core. Nous passerons ensuite rapidement sur « Tartalo », sûrement meilleur sur scène que sur disque, et sur « Iforokomencer » dans une lignée très punk sur lequel se pose un chant très franchouillard. Notre intérêt revient alors au galop sur l’inévitable mais néanmoins très bon morceau reggae, à savoir « Galdera Berbera »; les skunk jouent ensuite sur l’effet de surprise avec « Banopzioa » étonnement jazz et sur « Dbktuta » qui, pour clôre cet album, n’aurait pas fait tâche sur la BO de « Chat Noir Chat Blanc » et qui doit ainsi donner quelques sueurs à Sieur Kusturica

Comme nous nous y attendions, le groupe basque propose avec ce « Kinki » un album des plus complets ou se mêlent subtilement tous les courants musicaux dits « festifs ». Par la même occasion, ce long format n’aura jamais été aussi représentatif de l’esprit de camaraderie et de communication dont fait preuve le groupe depuis maintenant plus de dix ans. Déjà dans toutes les estimes, les Skunk risquent sans doute de faire taire le peu de détracteurs qui osent encore dire tout bas ce que tout le monde pense tout haut. Un grand bravo!

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire