Sixtoo – « Songs I Hate »

Songs I Hate[Album]
01/01/2001
(Anticon/Import)

Sixtoo est originaire du Canada. Il produit, écrit, rappe, fait également parti des 1200 Hobos (collectif de rappeurs Canadiens). « Songs I Hate (…) » est son premier opus sur le label Anticon qui s’avère être une grande réussite, un album sans comparaison dans son genre

Effectivement, ce genre aux ambiances graves, organiques, parfois tristes et déterminées est unique. Les instrus sont composées de beats secs et frappants, les samples sont très variés: on passe de flûtes mélodieuses à des guitares saturées (« Twilight »), à des boucles de claviers electro (« Grimey Inks The Moment »), ou à des basses lourdes, et des arpèges magnifiques de guitares (« One World Lost »). La voix de Sixtoo est grave et d’un timbre bas, elle est l’outil qui illustre ses textes introspectifs et observateurs. En tant que musicien et écrivain, l’artiste n’hésite pas à développer son expression tout au long de titres évolutifs et complets (les superbes « Work In Progress » de 14 minutes et « The Canada Project » de 35 minutes)

Loin du hip-hop classique qui emplissent les linéaires de nos magasins, « Songs I Hate (…) » est alternatif, explore des univers vierges et les défriche à grand coup de beats, samples inédits et flows incomparables. On retrouve en featuring toute une équipe de rappeurs canadiens et américains : Kunga 219, Buck 65, Adeem, Sage Francis, Sole, Recyclone, J-Mart, JD Walker, Knowself, PippySkid. Les titres phares, s’il y en avait à désigner tant cet album ne pourrait vivre sans les autres, seraient « When Freedom Rings » avec Sole et Sage Francis (hip-hop ambiant saupoudré de raps grondants et charismatiques), « Drip-Drop » (hardcore electronique lent et indus), « One World Lost » (morceau plein de mélancolie )

Vous l’aurez compris, cet album est un vestige du hip-hop underground, varié et complet, auquel plus d’un être soucieux de culture musicale mérite de s’attarder sérieusement. Grandiose !

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire