Shingo 2 – « 400 »

Shingo 2 – « 400 »

400[Album]
01/01/2002
(Mary Joy/Import)

Shingo2 est sans conteste un des meilleurs représentants du hip hop japonais et le prouve avec ce « 400 » qui n’a rien a envier à de nombreuses productions issues par exemple, de l’underground américain. Résidant à San Francisco et déjà entendu sur des compilations telles que « Tags Of The Time », l’artiste a déjà collaboré avec Anticon ou Living Legends. Voilà un élément essentiel de notre intérêt porté à cet album loin de nous avoir déçu

La particularité évidente de Shingo 2 réside dans l’utilisation des sonorités de la langue japonaise (même si le reste du temps, le Mc utilise sa langue d’adoption sans jamais entraver sa réputation) sur des musiques souvent à la limite de l’expérimental. On rentre directement dans le vif du sujet avec « 400 » à la version dubisante sur laquelle Shingo2 prouve au monde entier que la langue du pays du soleil levant peut sonner superbement. La basse se fait une nouvelle fois massive sur « 44K » (ou le chant répétitif peut peut-être un peu gâcher le plaisir) et « S02-2102 » à l’ambiance mécanique et glaciale. Plus tard, « Temple Of Dreams » propose une version expérimentale due à son approche très free alors que « Whirlwind » emprunte une voie plus classique. Nous passerons ensuite rapidement sur le deuxième de ces trois vinyles dont nous retiendrons uniquement le funky « Ultra H » et le plus soul « Stat 108 » au beat cependant claquant. Enfin, la dernière ligne droite de ce « 400 » mettra définitivement le japonais très haut dans notre estime puisque ce dernier vinyle est rempli de perles telles que « Suck On My Dub » dans une lignée explicite, « Alive » au tempo plus élevé que la moyenne et aux sonorités rock, « Sand Saga » beaucoup plus calme et au sample de piano envoûtant, le très fourni « Genome Of Life » (parfois à la limite du bordèlique quand même!) et pour finir, le très original « Ajo Funk » à la version uniquement faite de percussions

On connaissait la réputation japonaise notamment par le biais de Dj Krush. Shingo 2 avait fait quelques apparitions annonciatrices et confirme les impressions passées avec cet album de haute facture. S’il souffre d’un passage à vide à la moitié, le reste nous le fait oublier très vite et prouve la réelle vision artistique de l’artiste. Si le Japon est à l’autre bout du monde, il est loin de prendre du retard, bien au contraire. Rappelez vous, le soleil se lève d’abord à l’Est et les japonais commencent leur journée bien avant les occidentaux… Serions nous lièvres?


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.