Servo – « Afterbeat Generation »

Afterbeat Generation[Album]
09/06/2008
(Crash Disques/Pias)

Chez Servo, point de long débat visant à partager le public rock, le trio montpelliérain l’ayant déjà habitué, le temps de trois albums, à se contenter du tout, mais surtout pas du n’importe quoi. Car quelle que soit la manière dont il choisit de le faire sonner, le groupe aime le rock, et ne se prive pas de le lui faire savoir. Ainsi, « Afterbeat Generation », sa quatrième livraison enregistrée en prise directe pour remiser toute tricherie au placard, use à foison de cette liberté qu’il s’octroie et qui lui autorise quelques écarts, toujours de bon goût, vers la pop, le hardcore, ou la noise, avec une approche laissant la porte grande ouverte aux surprises contribuant, depuis toujours, à la fraîcheur de son répertoire

Car Servo pourrait très vite tomber dans le piège de l’incohérence et de la banalité s’il ne se mettait pas constamment en danger, et cela depuis ses débuts. Ce n’est plus un secret, notamment depuis l’excellent « Food! » sorti en 2005, ces trois Montpelliérains sont de fervents adeptes du contre-pied, se placent à la fois partout et nulle part ou on les attend. Ce nouvel album ne fera pas office d’exception: le temps de treize nouveaux titres énergiques, mélodiques et parfois grinçants, le trio ratisse large, nous prend par la main pour nous emmener dans une direction (le rock somme toute classique et ultra-efficace de « Oxygen Reaction » et « The Christians ») avant de bifurquer violemment, comme avec « Get Around » et surtout « Sex Toy », délire dancefloor aussi réussi que second degré. Mais, aucun virage opéré au sein d’un même disque de Servo ne devant être considéré comme acquis, « Afterbeat Generation » retrouve rapidement quelques velléités punk rock sur « Amphetamines », et dévoile même quelques tubes en puissance (« She’s Back In The Game »), comme de petites perles pop/rock « poil à gratter » (« Is It Clear », « Everybody’s Faking ») contribuant à l’énorme capital sympathie de ce disque

Certes, ce nouvel album ne révolutionnera rien, mais Servo n’en avait nullement l’intention, préférant de loin s’atteler à en faire une oeuvre personnelle, le reflet de ce que la musique représente pour lui: un réel plaisir qu’il aime s’accorder, et partager avec ceux qui voudront bien y prêter l’oreille. « Afterbeat Generation » transpire cela à travers chacun de ses titres, et rappelle en ces temps où l’on nous bassine à grands coups de nouveaux petits génies, que le rock n’roll n’est jamais aussi convaincant que lorsqu’il est débarrassé de toute arrière-pensée et superficialité. C’est certain, Servo ne fera pas les couvertures des magasines et n’illustrera pas les jingles télé: un signe que c’est bien parti pour durer

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire