Savages – ‘Adore Life’

Album / Matador / 22.01.2016
Rock / Post punk

Dès ses débuts, Savages n’a jamais caché ses intentions : brutaliser, réveiller, atteindre en plein cœur un public en manque d’émotions et d’intensité, en insufflant à nouveau la vie et l’énergie dans un rock actuel tombé parfois dans une certaine léthargie.

D’horizons très différents, ces quatre filles vêtues de noir forment pourtant une unité éclatante lorsqu’elles se retrouvent ensemble sur scène. ‘Silent Yourself’, premier opus post-punk, marqua l’année 2013 et permit au groupe londonien de s’épanouir rapidement en figurant à l’affiche de festivals prestigieux tels que Coachella, Primavera Sound ou encore Rock En Seine. Un premier album bluffant d’efficacité, intensément brut, rappelant les meilleures heures de Bauhaus, The Birthday Party, Joy Division, Siouxsie & The Banshees, mais sans forcément demeurer passéiste pour autant.

Aller de l’avant, toujours de l’avant, tel est le mot d’ordre. Trois ans sont passés, et le quatuor a parcouru du chemin. Savages en revient avec un deuxième album riche et puissant, enregistré au RAK Studios de Londres en avril 2015, et produit en trio par Johnny Hostile (déjà présent sur le premier opus), Richard Woodcraft, et Anders Trentemöller qui s’est occupé du mixage. Mais surtout, le groupe revient avec une réponse : l’amour.

‘Love Is The Answer’ scande à plusieurs reprises Jehnny Beth, bien décidée à parler d’amour sous toutes ses formes. Malmenée dès le début par une rythmique saccadée et écrasante, l’entame ‘The Answer’ dégage une énergie quasi animale mais néanmoins très plaisante. Parfois indigeste (‘When In Love’, ‘Surrender’, ‘Mechanics’), le disque bénéficie cependant de titres beaucoup plus immédiats (‘Sad Person’, ‘Evil’), et s’aventure même à des sonorités plus américaines que londoniennes (‘Slowing Down The World’, ‘T.I.W.Y.G.’).

L’une des forces majeures de ce groupe réside sans conteste dans sa section basse-batterie, brillante et solide, permettant aux guitares vrillées et tranchantes d’affronter les textes frontaux d’une Jehnny Beth plus charismatique et confiante que jamais, fruit probablement de ses nombreuses collaborations récentes avec Julian Casablancas, Tindersticks ou encore Eagles Of Death Metal.

Avec ‘Adore Life’, Savages fait donc le choix de l’évolution naturelle sans se précipiter : rester sur ses bases afin de les renforcer, ne pas cacher ses faiblesses pour en faire une force, s’ouvrir sans cesse aux autres, et vivre dans le présent plutôt que dans le futur. ‘I will die maybe tomorrow, so I need to say I adore life’ chante Jehnny Beth sur le titre éponyme ‘Adore’. Peut-être bien la meilleure résolution pour 2016.

‘The Answer’, ‘T.I.W.Y.G.’, ‘Adore’, ‘Sad Person’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire