Sadistik – « The Balancing Act »

sad180Album
(Clockwork Grey)
06/2008

A seulement 22 ans, Sadistik nous sert une œuvre aboutie, remplie de maturité, teintée de poésie et musicalement accomplie. Difficile de vous présenter de façon plus élogieuse ce MC de Seattle qui fait une entrée fracassante dans l’univers du rap U.S. Comparé à Slug pour son flow ou à Sage Francis, il fait certainement partie aujourd’hui des meilleurs lyricistes, alliant une technique éprouvée à une qualité de plume ahurissante.

Même s’il aborde le plus souvent des sujets à la tristesse palpable, souvent sombres et mélancoliques, il ne reste pas enfermé dans ce style qu’il maîtrise, et s’accorde quelques bouffées d’oxygène moins pesantes. C’est surtout musicalement qu’il étonnera le plus grand nombre, car il se dégage de son premier «The Balancing Act» une atmosphère unique qui ne nous quitte pas du début à la fin. On a affaire à un orfèvre du sampling, puisant un peu partout de quoi alimenter sa créativité. Beaucoup de cordes et de piano («Playing God», «Murder Of Crows» feat Louise Fraser) offrant quelques symphonies rapologiques enivrantes, des beats efficaces qui ne sont pas sans rappeler l’école Anticon, et une ambiance vaporeuse rappelant le «Labor Days» d’Aesop Rock. En témoigne «Memento Mori» et ses voix classiques couplées à une multitude de sons (trompettes, hautbois, et autres nappes extra-terrestres), pour un résultat aussi entraînant que bluffant, tout comme «The Exception To Everything», «Angel Eyes», «Searching For Some Beautiful» dans un registre assez proche.

On est même plutôt surpris quand il reprend un extrait de la B.O du «Fabuleux Destin D’Amélie Poulain» de Yann Tiersen sur «November», conservant l’ambiance originale en y ajoutant le spleen tranchant de sa voix. Difficile de ne pas citer «Ashes To Ashley» feat Mac Lethal ou le magnifique «Writes Of Passage» feat Vast Aire, deux pépites de plus dans la mine d’or que se révèle être ce «Balancing Act».

On peut d’ores et déjà qualifier ce premier opus de classique du genre, tant il ravira les puristes d’un Hip Hop original. Influencé de son propre aveu par des artistes aussi variés qu’AtmosphereCannibal Ox ou Radiohead, il impose son propre style, d’une noirceur évidente, mais remplie de sentiments plus complexes, qu’une écoute attentive met en lumière. Il n’en fallait pas plus pour en faire un des artistes les plus cotés de l’underground, dont on attend de grandes choses à l’avenir. Une des plus grandes révélations de ces cinq dernières années, pas moins.

Achetez sur:
itunes69

À lire ou écouter également:

,

Une réponse à Sadistik – « The Balancing Act »

  1. petrovski 28 juillet 2009 à 14 h 56 min #

    je partage ton point de vue sur ce magnifique album. Très étonné également qu’il soit si peu chroniqué par ailleurs, même si la distribution n’est pas au rendez-vous (c’est le moins qu’on puisse dire).
    A rapprocher de Cannibal ox effectivement mais aussi paradoxalement… d’Eminem, en ce qui concerne le timbre de la voix. L’atmosphère musicale est très prenante, pesante, avec une mélancolie savamment entretenue, portée par des lignes mélodiques très en avant (piano, guitares). C’est donc un album qui devrait aussi plaire à des amateurs de rock (de post-rock ?) à la recherche de musique en mode mineur…
    Bref pour moi aussi, à suivre absolument.

Laisser un commentaire