Run The Jewels – ‘RTJ3’

Run The Jewels – ‘RTJ3’


Album / Run The Jewels / 20.01.2017

Ter repetita

Aussi fan qu’on puisse être de ces deux messieurs, plus que jamais sous les feux des projecteurs à un âge ou d’autres se retirent, on s’interroge quand même sur leur réelle capacité à faire évoluer Run The Jewels en s’accordant si peu de temps entre chacun de ses albums. De là à taxer El-P et Killer Mike d’opportunistes voulant surfer sur la vague tant qu’elle les pousse encore, il n’y a qu’un pas. D’autant qu’à l’écoute de ce troisième volume, on peine franchement à les voir prendre la hauteur que mériterait la somme de leurs talents respectifs. A ne pas changer une recette qui marche, Run The Jewels se contente donc de la répéter alors qu’on attendrait plus volontiers de sa part que le travail de production – signé par un El-P dont on connait pourtant l’étendue de la palette – vienne au moins compenser des phrasés linéaires et inchangés, comme l’entame ‘Down’ nous y fait croire un instant. Sachant que le flow d’un Mc équivaut à ses empreintes digitales, on ne demande pas non plus la lune.

Ce qui sauve la fidélité d’un public allant bien au-delà du hip hop reste certainement l’énergie déployée par un duo dont le propos est branché sur courant continu. Et entre les conflits opposants policiers et communauté noire ou la récente élection de Donald Trump en tant que président des Etats Unis, le frontal Run The Jewels a clairement de quoi assouvir cette verve engagée qui, dans l’esprit du peuple, le voit progressivement devenir les Beastie Boys ou Rage Against The Machine de notre décennie. Pas étonnant d’ailleurs qu’on croise de nouveau Zach de la Rocha au tracklisting de ce ‘RTJ3’ (‘A Report To The Shareholders / Kill Your Masters’) : ces trois-là seront toujours parmi les premiers à revendiquer, et les derniers à se taire.

Malgré la présence de quelques titres qui ne manqueront pas de rivaliser avec certains ‘tubes’ de ses deux aînés (‘Talk To Me’, ‘Legend Has It’), ‘RTJ3’ repose donc essentiellement sur l’affection que l’on porte aux deux Mcs et leur projet. En sa première moitié surtout tant le retour, sans être rédhibitoire, est (très) long, et aurait pu l’être encore plus sans les éclairs offerts par Boots (‘2100’) et Kamasi Washington (‘Thursday In The Danger Room’). Mais, à l’instar de quelques anciens, on ne peut pas enlever à Run The Jewels un certain éveil des consciences nécessaire à une nouvelle génération d’oreilles quelque peu lobotomisée, quand une autre plus âgée se voit plus volontiers donner envie de réentendre Killer Mike et El-P chacun de leur côté. Sûrement le signe d’un essoufflement.

Toujours en téléchargement gratuit en suivant ce lien.

‘Down’, ‘Legend Has It’, ‘2100’, ‘Thursday In The Danger Room’


2 Comments
  • Rodriguez
    Posted at 23:58h, 23 janvier Répondre

    Critique nulle et non avenue tant RTJ3 se hisse au-dessus de la masse des prod hip-hop de l’époque.

    Continuez à vous astiquer sur des albums inécoutables, et laissez-nous prendre notre pied sur de la musique populaire sans nous faire part de votre blasitude branchouille dont, franchement, on a soupé.

    • Matthieu Choquet
      Posted at 09:58h, 24 janvier Répondre

      Ce n’est pas parce que « la masse des prods hip hop » actuelles n’est pas folichonne qu’on doit dire que tout ce qui est meilleur est bon. Sur ce, je retourne m’astiquer, ou juste avoir un avis 🙂

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.