Rumble In Rhodos – « Intentions »

Intentions[Album]
03/11/2008
(Black Balloon/Season Of Mist)

La scène rock indépendante n’ayant toujours pas accouché d’un groupe phénomène à la hauteur d’At The Drive In, les prétendants ne cessent de frapper à la porte sans pour autant qu’on leur laisse le temps de poser leurs valises. Et pour cause, pour des raisons aussi médiatiques que marketing, il suffit désormais à un quelconque combo d’opter pour un chant aux mélodies égosillées, et quelques guitares stridentes, pour qu’on nous le vende comme le digne successeur de la bande de Bixler et Rodriguez. Autant dire que l’argument est quelque peu fané, même s’il vient reprendre quelques couleurs avec Rumble In Rhodos, nouvelle sensation norvégienne qui excite son petit monde à coups de festivals de renom, de chroniques dithyrambiques, et de prix glanés ici ou là pour venir gonfler un buzz qui ne fait qu’arriver en France. « Intentions » est sa nouvelle démonstration de force, plus arrondie toutefois que celles auxquelles les texans nous avaient habitué, eux dont le fantôme ne cesse pourtant de planer au-dessus de ce disque, bien accroché aussi à celui de Jr Ewing, autre digne et regretté porte-drapeau de la scène scandinave. Ça ne fait pas de doute, Rumble In Rhodos a depuis toujours été baigné dans le bon jus (« Paws, Claws, & Alarm Clock Laws »). C’est ce que viennent confirmer ces guitares qui se superposent dans le bruit, la dissonance et les mélodies, ces nombreux changements de rythme, et ces pics d’intensité, le tout avec quelques touches post punk et no wave qui tiennent constamment le risque de plagiat à distance (« Conducting Electricity »). Mieux encore, elles amènent avec elles quelques rapprochements alléchants, de Fugazi à Hot Snakes en passant par Les Savy Fav ou Blood Brothers. Du coup, pas mal de titres de ce deuxième album font mouche (« Harpoon Etiquette », « Soft Blackouts » notamment), même si un chant parfois trop haut perché, confiné dans un spectre trop étroit, peut irriter à la longue (« Flavoured Envy », « Cinematic Sweep »). La faute à une jeunesse qui n’a pas encore totalement fini de se décomplexer, et qui, en continuant ainsi, mènera ces musiciens sur une voie définitivement plus personnelle. Seulement alors, Rumble In Rhodos passera de « Intentions » et son statut justifié de nouveau At The Drive In, à celui de véritable et unanime révélation, capable de pondre le disque qui restera

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire