Royal Blood – ‘How Did We Get So Dark?’

Royal Blood – ‘How Did We Get So Dark?’

Album / Warner / 16.06.2017
Heavy duo

Les attentes étaient déjà très, très élevées quand le premier album de Royal Blood nous était arrivé à l’été 2014, précédé d’une réputation née dans les petits clubs d’outre-Manche. Mike Kerr et Ben Thatcher y jouaient alors devant des salles combles de cent personnes où giclaient sueur et boissons alcoolisées au gré de la houle d’une foule compacte et en délire. En trois ans, Royal Blood a conquis de plus vastes horizons, bien aidé par le succès phénoménal de son album éponyme et l’adoubement de grands noms du rock, Jimmy Page en tête. C’est donc avec l’excitation d’un puceau face à sa première nuit d’amour que nous attendions ce deuxième album.

Petit rappel de l’équation qui prévalait en 2015 : une basse tunée et des pédales d’effets en veux-tu en voilà pour un (gros) son hybride et caractéristique, des riffs à la pelle et des chansons qui tournent généralement autour des trois minutes. L’efficacité démoniaque du duo se vérifiait également sur scène (le concert au Point Ephémère en décembre 2014 était tout simplement bouillant) et l’avenir leur appartenait. Résultat en 2017 ? Royal Blood n’a pas réellement changé sa formule magique, mais l’a tout de même fait quelque peu évoluer. C’est d’abord une toute petite déception qui pointe le bout de son nez : les deux Anglais ont visiblement mis un peu de Muse dans leur vin (‘Hole In Your Heart’, ‘She’s Creeping’, ‘Don’t Tell’, ‘Look Like You Know’), contribuant à rendre cet album moins loud et plus groovy, voix de tête et harmonies vocales à la clé. L’ajout de synthé sur quelques titres contribue également à donner cette couleur plus pop à l’ensemble.

Mais cette relative déception s’efface à mesure que passent les écoutes. Ne boudons pas notre plaisir : ce ‘How Did We Get So Dark?’ confirme à quel point le duo maîtrise son sujet quand il s’agit d’envoyer du lourd en matière de morceaux accrocheurs, et il suffit de monter un peu le son pour se prendre une nouvelle fois les tartes tant désirées dans la gueule. ‘Lights Out’, ‘I Only Lie When I Love You’ et sa cowbell terriblement efficace (oui, une cowbell), ‘She’s Creeping’, ‘Where Are You Now’ (l’esprit de QOTSA, lui, est bien là)… Ces chansons déchirent, tout simplement. Et comme Royal Blood a changé de dimension en trois ans (finis les Point Ephémère et les Olympia), c’est au Zénith qu’on ira apprécier ‘live’ ces nouveaux hymnes en novembre prochain.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE



A ECOUTER EN PRIORITE

‘Lights Out’, ‘I Only Lie When I Love You’, ‘She’s Creeping’


Tags:
No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.