Roots Manuva – « Slime And Reason »

Slime And Reason[Album]
01/09/2008
(Big Dada/Pias)

Ambassadeur d’un Hip-Hop britannique hybride, avant-gardiste et audacieux, Roots « Witness » Manuva, trente-six ans au compteur dont dix passés à façonner le son Big Dada, profite de ce quatrième album pour dresser un bref récapitulatif et rendre hommage à ses racines musicales, incarnées entre autres par les prestigieux Channel One et Studio One. Toujours prompt à fusionner les influences aussi diverses que variées, celui qui s’illustra aussi bien aux côtés d’Amon Tobin que de Gorillaz prouve ici qu’il n’a rien perdu de

Reason » est amené à faire office de bilan de santé du Hip-Hop outre-Manche, on se permettra d’opter pour un « diagnostic réservé ». Car à trop vouloir brouiller les pistes, Rodney Smith – pourtant habitué à ce genre de volte-face – prend le risque de se perdre en cours de route. Entre un reggae qui n’apporte pas grande valeur ajoutée à l’original (« Do No Bodda Mi ») et un Hip-Hop qui laissera globalement sur leur faim les amoureux de la rime bien rappée, « Slime & Reason » trace une voie originale, oscillante, davantage inspirée par les plages de Jamaïque que par le ciel chargé de la capitale anglaise – le riddim introductif de « Again And Again » donne d’ailleurs le ton avec ses cuivres cadencés. Loin des effets de production auxquels on était en droit de s’attendre, l’album mise au contraire sur un dépouillement capable de toucher juste quand il ne s’enferme pas dans une monotonie propre à lasser l’auditeur le plus téméraire. Si les basses lancinantes de « C.R.U.F.F. » et les quelques notes de piano de « A Mans Talk » trouvent un équilibre instable parfaitement exploité par le Mc, on reste plus sceptique face aux nombreuses tentatives entreprises: l’insipide « The Show Must Go On » peine à capter l’attention d’un bout à l’autre de ses six minutes, pas plus que la production léchée de la ballade « Let The Spirit » ni la pseudo interlude ragga « Bluff Nuff », concentré énergisant lâché au beau milieu d’un tracklisting downtempo complètement assumé. C’est finalement dans un registre plus familier que Roots Manuva parvient à se hisser à son meilleur niveau. De la rythmique martiale de « It’s Me Oh Lord » aux infrabasses de « Do 4 Self », le flow et la voix du natif de Stockwell nous renvoient avec nostalgie aux classiques « Run Come Save Me » et « Awfully Deep« , capables en leur temps de faire vibrer la corde sensible de l’auditeur. Un cocktail original qu’on aurait souhaité plus présent et mieux accompagné sur « Slime & Reason », un album prise de risque presque anecdotique en comparaison de ses prédécesseurs… Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire