Roots Manuva – « Alternately Deep »

Alternately Deep[Album]
13/03/2006
(Big Dada/Pias)

Un an déjà. Un an que « Awfully Deep », le dernier album en date de Roots Manuva, sortait pour un accueil unanime de la part de la critique musicale. Pour une fois, tout le monde était à peu près d’accord, et sur la même longueur d’onde. Mais pour en arriver là, Rodney Smith avait dû passer par un atroce travail de sélection, afin de retenir uniquement la crème de la trentaine de titres composés pour l’occasion, qui apparaîtra sur l’album. Mais quand il s’agit de Roots Manuva, Mc le plus brillant de la scène anglaise, la notion de gâchis n’existe pas. Il fallait donc coûte que coûte donner vie aux oubliés d’un temps, les offrir à un public de plus en plus large et jamais rassasié. C’est ainsi qu’est née l’idée de ce « Alternately Deep », comprenant douze titres jusqu’à aujourd’hui disponibles en téléchargement, sortis en BSide ou tout simplement inédits à ce jour

Pas de changement radical donc par rapport à ce que Roots Manuva a l’habitude de donner. « No Love », sorti sur le maxi « Too Cold », ouvre le bal avec son beat efficace, suivi d’un remix inédit de « Seat Yourself » plongeant le morceau original dans une ambiance plus dépouillée et destructrice. Disponible uniquement en téléchargement en 2004, « Double Drat » laisse clairement ressurgir les origines jamaïcaines de Mr Smith, « Things We Do », disponible sur le maxi « Colossal Insight », prend le relais dans un registre plus lancinant, suivi d’un remix inédit et glacial de « Check It ». Mais, hormis ce très bon remix de « Colossal Insight » par le producteur grime Jammer, ce sont surtout les titres rares et inédits qui intéresseront surtout les possesseurs de ce « Alternately Deep ». « Nobody’s Dancing », très coloré ragga, surprend par son refrain chanté, presque mainstream; les basses énormes de « Get U High » nous soulèvent tout en s’adaptant parfaitement au flow de Manuva; passé l’aspect très monotone de « Mean Street », tout comme son refrain presque indigeste, ses fines incursions bruitistes font tout l’intérêt du titre; le très bon « Pep My Game » plonge l’album dans des influences reggae, tout comme « This World Is Mine » l’enduit de dub, avant que « Grown Man » clôture le tout dans une ambiance feutrée et un brin plus classique

« Alternately Deep », généralement plus minimaliste que son prédécesseur, se place donc à mi-chemin entre le nouvel album et la revisite du précédent. Mais « Awfully Deep » avait frappé trop fort pour que cet opus ne puisse l’égaler. Quelques inédits de Roots Manuva sont quand même certainement la meilleure chose à acquérir en ces temps d’actualité hip hop d’une pauvreté affligeante. Une évidence quand on se rend compte à quel point les « restes » de l’anglais, toujours autant imprégnés de hip hop, reggae, electro et trip hop, peuvent atteindre le haut du panier. Et ça, si ce n’est pas de la classe…

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire